Panama Papers : David Cameron sous pression après ses aveux

le
6
Panama Papers : David Cameron sous pression après ses aveux
Panama Papers : David Cameron sous pression après ses aveux

Le scandale des Panama Papers place le Premier ministre britannique dans une situation difficile. Dans la foulée des révélations sur ce système d'évasion fiscale par l'intermédiaire du cabinet panaméen d'avocats Mossack Fonseca, David Cameron fait face à des appels à la démission depuis qu'il a reconnu, jeudi soir, avoir détenu des parts dans un fonds offshore appartenant à son père, mort en 2010.

Il a affirmé avoir vendu ces parts en janvier 2010 pour 30 000 £ (37 000 €), quelques mois avant d'être élu Premier ministre, et qu'il n'y a«rien d'illégal». Les profits de ce fonds ont échappé au fisc britannique pendant trente ans grâce à un montage compliqué de Mossack Fonseca.

La communication de Cameron est également critiquée. Downing Street, la résidence du Premier ministre britannique, a d'abord évoqué «une affaire privée». Mardi, Cameron a lui-même assuré ne détenir «aucune action, aucun trust offshore, aucun fonds offshore, rien de tout cela». Deux jours plus tard, il avoue que, s'il ne possède plus d'action actuellement, il a bien détenu des parts avec son épouse Samantha dans le fonds de son père. Le Premier ministre a insisté sur le fait qu'il a payé des impôts au Royaume-Uni sur les dividendes encaissées.

Selon le «Guardian», membre du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) en possession des Panama Papers, le fonds du père de Cameron employait une cinquantaine de personnes basées aux Bahamas, qui signaient des papiers et jouaient le rôle de trésorier et secrétaire. Un arrangement qui n'est pas illégal.

Outre un appel aux Britanniques à manifester samedi, les réactions se multiplient depuis les aveux de Cameron.

Christopher Meyer, ancien ambassadeur du Royaume-Uni aux Etats-Unis, s'interroge sur les «idiots qui ont conseillé (à Cameron) de gérer ainsi».

https://t.co/RNcKFmdwLJ Who are the morons who advised him to handle things so badly? He broke every ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 10 mois

    la semaine prochaine, on en parlera plus, ça passera aux oubliettes … et notre caste va continuer de plus belle ses magouilles

  • mlemonn4 il y a 10 mois

    Au lieu de parler de ce qui se passe chez les autres comme sait si bien le faire notre élite dirigeante, est ce que l'on pourrait faire le point dans notre pays et demander des comptes aux banques qui ont fourni les outils et les moyens de contourner la loi fiscale en détournant l'argent public non collecté des impots et par la même le balnachimentd 'argent dans certains cas ? A quand une information judiciaire ? A quand une lise en examen pour mensonge, parjure ...et j'en passe....

  • JPANTO il y a 10 mois

    C'est à l'Angleterre de faire le ménage chez elle. Occupons-nous de nos "Élites" il y a sans doute du travail à faire.

  • pcuquel il y a 10 mois

    il n'y a rien d’illégal, mais c'est immoral : la démission doit être la seule option, sans quoi la reine (si elle n'est pas mouillée et si c'est bien a elle de le faire) doit le démettre...

  • winloto il y a 10 mois

    Quand on dit blanc et qu'on fait noir, en politique çà se paye cash

  • jean.coq il y a 10 mois

    Et Le Monde est plutot silencieux ...