Panama papers-David Cameron publie sa déclaration d'impôt

le
0
    * Le Premier ministre publie ses feuilles d'impôts sur six 
ans 
    * Annonce la création d'un groupe de travail sur la 
fiscalité 
 
    par Paul Sandle 
    LONDRES, 10 avril (Reuters) - Le Premier ministre 
britannique David Cameron a publié dimanche ses déclarations 
d'impôts sur six ans pour tenter de mettre fin aux questions 
relatives à ses finances soulevées par l'évocation du nom de son 
père dans l'affaire des Panama papers. 
    Après ces révélations, certains ont demandé la démission du 
Premier ministre tandis que les députés de l'opposition 
s'interrogeaient sur sa réticence à s'expliquer sur ses 
relations financières avec son père. 
    Après quatre déclarations différentes en quatre jours, le 
Premier ministre a fini par admettre jeudi soir qu'il avait bien 
détenu une participation dans une société créée dans un paradis 
fiscal par son père Ian, aujourd'hui décédé. 
    David Cameron a reconnu samedi qu'il aurait dû mieux gérer 
les révélations sur les arrangements fiscaux de sa famille. 
  
    Les documents publiés dimanche, du cabinet comptable RNS 
Chartered Accountants, montrent que David Cameron a acquitté un 
impôt de 75.898 livres (94.082 euros) sur un revenu de 200.307 
livres pour l'année fiscale 2014-2015, l'année la plus récente. 
    Son revenu est constitué d'un salaire de 140.522 livres 
(174.189), de dépenses imposables de 9.834 livres, de 46.899 
livres tirées de la location d'une maison de famille à Londres 
et de 3.052 livres qui représentent les intérêts de son épargne. 
    Cherchant à reprendre l'initiative, David Cameron a 
également annoncé dimanche la création d'un groupe de travail 
pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent et 
l'évasion fiscale. Co-dirigé par les services fiscaux 
britannique et la National Crime Agency, il sera doté d'un 
budget de départ de dix millions de livres. 
    David Cameron avait mis la lutte contre la fraude fiscale en 
coeur du programme, lors du sommet du G8 de 2013 au Royaume-Uni. 
    "Le Royaume-Uni est en première ligne de l'action 
internationale pour lutter plus largement contre le fléau 
mondial de l'évasion et de l'optimisation fiscales", déclare le 
Premier ministre britannique dans un communiqué. 
    "Il faut aller plus loin à l'évidence et ce groupe de 
travail apportera le meilleur du savoir-faire britannique pour 
traiter des délits liés aux Panama papers." 
    Le gouvernement dit avoir récupéré deux milliards de livres 
(2,5 milliards d'euros) liés à la fraude fiscale depuis 2010 
tandis que 700 dossiers liés au Panama font l'objet d'une 
enquête. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant