Palmarès des Lycées : les questions à se poser pour (bien) choisir son établissement

le
0
Palmarès des Lycées : les questions à se poser pour (bien) choisir son établissement
Palmarès des Lycées : les questions à se poser pour (bien) choisir son établissement

Entre la poire et le fromage, le sujet de l'orientation s'invite en ce moment à la table du dîner dans de nombreux foyers. Pour les 800 000 collégiens de 3e, il est temps de mettre noir sur blanc ses souhaits pour l'année prochaine. Une fois choisie la voie, générale et technologique (70 % des élèves) ou professionnelle (30 %), les familles n'ont pas fini avec les questionnements. Il faut encore trouver le « bon » lycée.

Peut-on s'inscrire n'importe où ?

Non. Si les lycées professionnels ne sont pas soumis à une sectorisation, les établissements généraux et technologiques, eux, le sont. Dans de nombreux cas, il n'y a qu'un lycée à proximité, et le choix est vite fait. Mais dans les grandes villes, on peut trouver plusieurs établissements dans un même secteur. Pour les plus réputés, où la demande excède le nombre de places disponibles, le logiciel Affelnet trie les candidatures en fonction de plusieurs critères, notamment celui de la proximité géographique. Les boursiers ou les handicapés sont prioritaires. Certaines académies examinent aussi les notes du collège pour départager les candidatures. C'est particulièrement le cas à Paris, où la course des familles au meilleur lycée atteint des sommets.

Privé ou public ?

« J'ai du mal à croire qu'un élève qui a envie de réussir puisse être en échec à cause de son lycée. Il faut avoir confiance dans l'école publique pour faire réussir les élèves », plaide Bruno Bobkiewicz, le proviseur de Paul-Eluard, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Reste que de plus en plus de familles se tournent vers le privé, confessionnel ou laïc, par attrait pour ses méthodes, ou pour déroger à la carte scolaire. Mais, attention, inscrire son enfant dans un lycée « 100 % » n'est pas une garantie contre l'échec. Aucun bahut ne sait transformer en génie un cancre absolu fâché avec ses cahiers. Les lycées les plus attentifs à leur taux de réussite se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant