Palmarès décevant pour sélection abrasive

le
0
Olivier Assayas et Cristian Mungiu (deuxième à droite) avec les membres du jury Arnaud Desplechin (à gauche) et Laszlo Nemes.
Olivier Assayas et Cristian Mungiu (deuxième à droite) avec les membres du jury Arnaud Desplechin (à gauche) et Laszlo Nemes.

En snobant « Toni Erdmann », « Aquarius », « Ma Loute », « Loving » ou « Elle », le jury, présidé par George Miller, n’a pas fait honneur à l’exceptionnelle qualité de la compétition.

C’est un théorème cannois : les mauvaises sélections font les plus beaux palmarès, et inversement. Cette année ne fit pas exception, qui a vu le jury ignorer la quasi-intégralité des œuvres qui nous ont transportés, pour en primer d’autres qui, si elles n’étaient pas forcément indignes, ne reflétaient en rien la force d’une compétition qui n’avait pas plané si haut depuis longtemps. A l’exception de Juste la fin du monde de Xavier Dolan, grand film qui divisa beaucoup la critique, mais qui nous a, au Monde, follement enthousiasmés, et qui repart avec le grand prix du jury (autrement dit le deuxième prix), le reste du palmarès, à commencer par la Palme d’or, attribuée à Ken Loach pour I, Daniel Blake, a un aspect bien terne. Et surtout injuste.

Défendu dans nos pages, I, Daniel Blake est un mélo social efficace et émouvant, bien qu’un peu mécanique, où le cinéaste britannique dénonce avec véhémence la privatisation rampante des services publics, et le système d’humiliation et de contrôle social qui en découle. En recevant la Palme (deuxième de sa carrière après Le Vent se lève en 2006), l’Anglais a asséné sur un ton lyrique et combatif qui lui ressemble : « Quand il y a du désespoir, c’est toujours à l’extrême droite que cela profite. Il est urgent de dire qu’un autre monde est possible, et qu’il est nécessaire. »

Dans les meilleurs cas, le palmarès a souligné les mérites des films et des personnes qu’il récompensait. L’actrice philippine Jaclyn Jose, par exemple, est f...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant