Palestinien brûlé vif : prison à vie requise contre deux Israéliens

le
0
Palestinien brûlé vif : prison à vie requise contre deux Israéliens
Palestinien brûlé vif : prison à vie requise contre deux Israéliens

L'accusation a requis ce mercredi devant un tribunal israélien de Jérusalem la prison à vie contre deux jeunes juifs accusés d'avoir participé au meurtre d'un adolescent palestinien brûlé vif en 2014.

L'assassinat de Mohammad Abou Khdeir avait contribué à l'escalade des violences menant à la guerre de Gaza en juillet-août 2014. Trois juifs israéliens sont jugés depuis des mois pour le crime. Le tribunal devait entendre ce mercredi les réquisitions du procureur puis les plaidoiries de la défense mais pour seulement deux d'entre eux, des mineurs âgés de 16 ans au moment des faits.

Dans le cas du seul majeur, Yosef Haim Ben David accusé d'être le principal instigateur du meurtre, la cour a décidé en décembre de se pencher sur son état mental. Et le tribunal ne s'est pas encore prononcé sur la responsabilité pénale de cet individu qui avait 29 ans lors du meurtre. En juillet 2014, la presse israélienne révélait que ce suspect était sous traitement psychiatrique après avoir été interpellé dans le passé pour avoir tenté d'étrangler sa fille âgée d'un mois. Les deux mineurs sont des membres de sa famille.

Les deux mineurs jugés coupables

La cour avait jugé en décembre que les trois accusés avaient bien enlevé et tué Mohammad Abou Khdeir et que les deux mineurs étaient bien coupables, sans encore infliger de peine. La décision du tribunal est particulièrement attendue dans un climat de tensions toujours vives entre Palestiniens et Israéliens.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, avait divulgué en juillet 2014 les aveux détaillés des suspects pendant leur interrogatoire. Ils ont admis avoir commis leur crime en réaction au rapt et au meurtre de trois étudiants israéliens en juin en Cisjordanie, attribués par Israël au Hamas qui a nié. Les suspects se sont munis de menottes et d'essence avant de passer à l'acte, mais ont choisi leur victime au hasard, selon le Shin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant