Palestine-Israël : Abbas condamne le «crime odieux» de la Shoah

le
0
Palestine-Israël : Abbas condamne le «crime odieux» de la Shoah
Palestine-Israël : Abbas condamne le «crime odieux» de la Shoah

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné dimanche le génocide juif, dans une déclaration sans précédent, peu avant le début des commémorations de la Shoah en Israël, et a appelé le gouvernement israélien à conclure une paix «juste» avec les Palestiniens.

«Ce qui est arrivé aux juifs durant l'Holocauste est le crime le plus odieux qui soit survenu contre l'humanité pendant l'ère moderne», a estimé M. Abbas, selon un communiqué de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qu'il dirige, publié le jour où Israël commémore officiellement la Shoah.

Ce n'est pas la première fois que le président palestinien, à qui il a été reproché d'avoir émis des doutes sur l'ampleur du génocide dans son doctorat obtenu à l'Université de Moscou en 1982, dénonce le «crime» de l'Holocauste. Recevant des journalistes juifs le 1er juillet 2010 à Ramallah (Cisjordanie), il avait rappelé avoir envoyé ses représentants à des cérémonies commémoratives, y compris à Auschwitz. «Comment peut-on nous accuser de nier l'Holocauste?», avait-il lancé. Mais il s'agit de sa condamnation la plus forte à ce jour. Elle a été également diffusée en langue arabe.

Il offre «sa sympathie» aux familles de victimes des nazis

M. Abbas, qui a également offert sa «sympathie pour les familles des victimes et (aux) nombreux autres innocents tués par les nazis», a tenu ces propos lors d'un entretien la semaine dernière avec un rabbin américain, Marc Schneier, avocat du dialogue entre musulmans et juifs.

Interrogé par l'AFP, l'historien israélien Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem, a pris acte de la déclaration du président palestinien. «Je suis toujours heureux quand quelqu'un qui a nié l'Holocauste dans le passé fait une telle déclaration, mais dans ce cas j'ai l'impression que c'est surtout lié aux problèmes politiques du Moyen-Orient», a nuancé M. Zuroff, en référence au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant