Palestine : Barack Obama prêt à opposer le veto américain

le
0
Sur le plan intérieur, une telle décision pourrait préserver les intérêts électoraux du président américain qui démontrerait ainsi son soutien inconditionnel à Israël à un électorat juif en plein doute

Envoyée spéciale à New York

Qu'il paraît loin ce premier coup de fil que donna Barack Obama à un dirigeant étranger, à son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2009 ! C'est le dirigeant de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, que le jeune président américain avait appelé en premier. Ce geste symbolique était destiné à exprimer la priorité qu'Obama donnerait au conflit israélo-palestinien au cours de son mandat. Tout à l'euphorie de sa victoire, le 44e président des États-Unis semblait persuadé que la dynamique positive de son élection et de l'ouverture qu'il préparait vers le monde musulman permettrait de débloquer un dossier sur lequel tous ses prédécesseurs s'étaient cassé les dents.

Cette espérance a vécu. Avec la démarche d'Abbas, qui s'apprête à porter vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU une demande de reconnaissance de l'État palestinien, la semaine qui s'ouvre à New York apparaît au contraire comme une séquence très dé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant