Pakistan : un scrutin sous courant alternatif

le
0
Les incessantes coupures d'électricité affectent durement l'économie et dominent la campagne des législatives.

L'électricité en continu, les Pakistanais n'y croient pratiquement plus. Depuis 1999 et l'arrivée au pouvoir du général Pervez Musharraf, Mohammed Nasir, directeur de la fonderie Al Hadeed Steel Mill, doit interrompre sa production de barres d'armature à chaque coupure quotidienne. Ces dernières années, huit à douze heures par jour d'interruption de la production ont mis son entreprise à genoux. «Nous tournons à 50 % de notre capacité et nos coûts de production ont doublé, dit Nasir, installé dans le quartier industriel d'Islamabad. Ce matin le courant a été coupé sans prévenir de 10 heures à 11 heures et demie, et à chaque fois il nous faut trente minutes pour réchauffer le fourneau.»

Si les producteurs d'acier sont les premiers à souffrir du rationnement de l'électricité, toute la population en pâtit. L'été dernier, de violentes manifestation...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant