Pakistan-Un ado "blasphémateur" se coupe la main, un imam arrêté

le
0
    ISLAMABAD, 17 janvier (Reuters) - L'imam d'une mosquée du 
Pakistan a été arrêté par la police pour incitation à la 
violence, un adolescent de 15 ans s'étant sectionné la main 
après que le religieux l'eut qualifié de blasphémateur. 
    Lors d'un prêche qu'il prononçait dans un village de l'est 
de la province du Pendjab, l'imam Shabbir Ahmed a demandé s'il 
n'y avait parmi les fidèles rassemblés autour de lui quelqu'un 
qui n'aimait pas le prophète Mahomet. 
    Ayant mal entendu la question, un garçon de 15 ans a levé la 
main. L'imam l'a aussitôt repéré et l'a qualifié de 
"blasphémateur", a raconté le chef de la police dimanche. 
    De retour chez lui, le garçon s'est sectionné la main, un 
acte salué par son père qui a dit à la police être fier de son 
fils. Il a ajouté qu'il ne voulait pas que l'imam soit arrêté. 
    L'imam Ahmed a été arrêté samedi et inculpé. 
    "Ce genre d'imams illettrés ne devraient pas être autorisés 
à faire de discours. Son arrestation intervient dans le cadre du 
Plan d'action nationale selon lesquels les discours de haine 
incitant à la violence ne sont plus autorisés dans ce pays", a 
déclaré à Reuters le chef de la police locale, Nosher Ali. 
    Le blasphème est un sujet qui suscite d'âpres débats au 
Pakistan. De nombreuses personnes accusées d'insultes au 
prophète ont été tuées par des foules en colère dans ce pays à 
majorité musulmane. 
    La loi ne définit pas le blasphème, passible toutefois de la 
peine de mort. Ce genre de condamnation n'a toutefois jamais été 
exécuté. 
    Selon les organisations de défense des droits de l'homme, 
les accusations de blasphème sont en forte hausse parce que la 
loi est souvent détournée pour régler des différends personnels. 
 
 (Tommy Wilkes et Amjad Ali; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant