Pakistan : trois blessés dans une bagarre entre pro et anti-Saint-Valentin

le
1
Pakistan : trois blessés dans une bagarre entre pro et anti-Saint-Valentin
Pakistan : trois blessés dans une bagarre entre pro et anti-Saint-Valentin

Pas de bisous mais des coups pour la Saint Valentin à Peshawar, au Pakistan. Dans le très conservateur nord-ouest du pays, une bagarre entre étudiants contre la fête de l'amour, et ceux en sa faveur, a fait au moins trois blessés, selon la police. Pour célébrer la fête de l'amour et, oublier un peu les attentats meurtriers qui ensanglantent régulièrement la ville, des membres de la Fédération des étudiants pachtounes, marquée à gauche, avaient organisé un petit rassemblement avec ballons rouges et gâteaux.

Mais la fête de la romance a tourné court. Elle a été interrompue par le débarquement d'un groupe rival en colère, celui des étudiants de la Islami Jamiat Tulba (IJT), proche du parti islamiste Jamaat-e-Islami (JI) qui jugent la Saint-Valentin contraire aux valeurs de l'islam. L'IJT avait appelé ses membres à faire au contraire preuve de modération en célébrant un «Jour de la modestie».

Les deux camps se sont d'abord affrontés à coups de pierre, avant de passer aux coups de feu. Trois chambres étudiantes ont également été incendiées, selon la police locale qui a réussi à prendre le contrôle de la situation. «Trois étudiants ont été blessés dans les affrontements», dont l'un a reçu une balle dans la main, a déclaré un responsable de la police locale, Fazal ur Rehman.

La fête de la Saint Valentin est de plus en plus populaire chez les jeunes Pakistanais de la classe moyenne et supérieure, très friands d'internet et de réseaux sociaux. Ils ont pris l'habitude d'offrir pour l'occasion des cartes, chocolats et cadeaux à leurs amoureux(ses). Problème, dans cet Etat islamique de quelque 180 millions d'habitants, la société reste, elle, profondément conservatrice et en partie hostile aux fêtes de ce type importées d'Occident. Et elle l'est encore plus dans le nord-ouest, voisin de l'Afghanistan et bastion des rebelles fondamentalistes talibans alliés à Al-Qaïda, où les femmes ne sortent en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3121282 le vendredi 14 fév 2014 à 18:51

    l'expression de l'amour est prohibé, mais pas les armes au Pakistan (et dans beaucoup d'autres pays) aux usa, les armes sont en vente libre avec les carnages que l'on connait, mais pas la marihuana ! l'hypocrisie et les intérêts de quelques uns, voilà ce qu'il faut préserver ! quelque en soit le prix !