Pakistan-Le dialogue entre contestataires et pouvoir tourne court

le
0

ISLAMABAD, 28 août (Reuters) - Les discussions engagées voici une semaine au Pakistan entre les chefs de file des deux mouvements de contestation et des représentants du gouvernement de Nawaz Sharif ont tourné court jeudi et les manifestants se préparaient à ce que leurs chefs décrivent comme une "journée décisive" destinée à faire tomber le Premier ministre. Le Pakistan connaît de grandes manifestations depuis deux semaines, des milliers de contestataires campant aux abords du parlement dans l'espoir de faire chuter le gouvernement Sharif. Pour tenter de trouver une issue à la crise politique, les représentants du gouvernement ont engagé le 21 août des tractations avec les chefs des deux mouvements de contestation, l'ancienne star du cricket Imran Khan, chef du Parti pour la justice (PTI, troisième forte politique au parlement) et Tahir ul-Qadri, prédicateur religieux longtemps exilé au Canada. Imran Khan comme Tahir ul-Qadri estiment que le chef du gouvernement a truqué les élections de mai 2013, qui avaient permis son retour au pouvoir, 14 ans après en avoir été évincé par un coup d'Etat. Khan et Qadri dénoncent également la corruption de l'exécutif en place. Qadri, qui compte de nombreux partisans et dirige un réseau d'écoles coraniques et d'hôpitaux, a demandé à ses fidèles de se préparer à un tournant dans la crise. "Ce jeudi sera un jour décisif", a-t-il dit à la foule. Imran Khan a annoncé pour sa part qu'il ferait dans la journée une importante déclaration. Qadri et Khan ont déjà adressé plusieurs ultimatums au pouvoir, qui sont passés sans que rien ne change, et Nawaz Sharif rejette leurs appels à la démission. Ce double mouvement de protestation suscite des inquiétudes quant à la stabilité du Pakistan à un moment particulièrement sensible : alors qu'Islamabad combat les insurgés taliban pakistanais, l'Otan prépare le retrait des troupes de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) en Afghanistan. (Maria Golovnina; Henri-Pierre André et Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant