Pakistan : l'armée durcit son bras de fer avec le pouvoir

le
0
L'absence du président Zardari attise les rumeurs de coup d'État.

Le brouillard s'est encore épaissi jeudi au Pakistan avec un nouveau départ précipité et inattendu du président Asif Ali Zardari. Alors que la crise entre le pouvoir civil et l'establishment militaire bat son plein à Islamabad, le chef de l'État s'est rendu à Dubaï, où il possède une résidence. Un voyage privé de 24 heures, selon le ministère pakistanais des Affaires étrangères, selon qui le président serait de retour aujourd'hui. Certaines sources affirment qu'il est allé assister à un mariage... d'autres qu'il doit subir un check-up médical. Début décembre, Zardari s'était déjà envolé pour Dubaï après avoir été victime d'une «légère crise cardiaque», selon son entourage.

Conflit ouvert

Reste que depuis quelques semaines, chaque départ à l'étranger du chef de l'État alimente les spéculations les plus folles. Zardari fuit-il parce qu'il est sous pression de l'armée? Ou bien sous celle de la Cour suprême, qui menace de lui retirer son immunitü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant