Pakistan : l'aéroport de Karachi repris par l'armée, tous les assaillants tués

le
0
Pakistan : l'aéroport de Karachi repris par l'armée, tous les assaillants tués
Pakistan : l'aéroport de Karachi repris par l'armée, tous les assaillants tués

Alors que les tirs avaient repris lundi matin à l'aéroport de Karachi, mégalopole du sud du Pakistan, plus de 10 heures après le début d'un assaut rebelle qui a déjà fait 28 morts dont dix assaillants, l'armée a annoncé un peu plus tard ce matin que l'opération était terminée et que tous les assaillants avaient été tués. 

L'attaque, l'une des plus téméraires menée contre la plus grande ville et capitale économique du Pakistan, paralyse depuis dimanche soir l'activité de l'aéroport international Jinnah. Les vols devraient toutefois y reprendre vers 16 heures locales (13 heures en France), a annoncé un porte-parole de l'Aviation civile, Abid Ali Khan.  L'assaut avait été lancé vers 23 heures locales (20 heures en France) dimanche soir.

L'armée avait annoncé à l'aube ce lundi avoir repris le contrôle du principal aéroport du pays, et affirmé avoir ainsi mis fin à l'une des attaques les plus téméraires contre la plus grande ville pakistanaise. Mais les tirs ont repris vers 5h30 conduisant la force paramilitaire des Rangers et les commandos d'élites déployés sur place à retourner à l'affrontement avec les rebelles.

«Nous avons relancé l'opération en envoyant des troupes supplémentaires», a déclaré Sibtain Rizvi porte-parole de la force paramilitaire des Rangers, ajoutant qu'un policier avait été blessé par ces nouveaux tirs.

L'attaque revendiquée par les talibans

Des attaques coordonnées de ce type ont été revendiquées dans le passé par les talibans, qui mènent une guérilla contre le gouvernement depuis 2007, dans laquelle ont péri des milliers de personnes, civils, soldats et talibans. L'attaque a été revendiquée lundi matin par les rebelles talibans.  Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) mène depuis 2007 une sanglante guérilla contre le gouvernement. L'attaque, lancée dimanche soir, intervient alors que de récents pourparlers de paix ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant