Paillaugue : « Nous sommes dans la peau de l'outsider »

le
0

Montpellier jouera à Rennes ce samedi (20h45) face à Toulon pour se qualifier pour sa deuxième finale de Top 14 de son histoire. Si le MHR ne part pas favori, Benoît Paillaugue assure avoir bien préparé le match. Le demi de mêlée se défend du manque de spectacle proposé par son équipe.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01343059/zone/1/showtitle/1/src/uxpuxu']
Benoît Paillaugue, l’enjeu pour ce match est-ce de dépasser la fatigue ?
Largement. Même si les corps sont fatigués, nous avons préparé cette rencontre avec beaucoup de repos. Nous ne nous sommes pas beaucoup entraînés. Mais l’excitation fait que nous avons envie de nous surpasser et de trouver les ressources nécessaires pour aller encore plus loin et pour peut-être pouvoir être capable de faire l’effort à la 70eme minute. Nous avons tellement cravaché toute la saison pour jouer ces matchs si importants dans une carrière. Nous sommes plus que quatre à jouer ces rencontres. Il y a beaucoup d’autres équipes qui aimeraient être à notre place. Nous devons trouver les ressources et la fraicheur mentale pour se dépasser.
Vous avez battu récemment Toulon. Cela vous donne un avantage?
Nous les avons joués deux fois et sur les deux confrontations, ils sont devant car nous avions perdu lourdement chez eux. Ils partent avec une longueur d’avance car ils ont cette expérience-là avec un groupe stable depuis pas mal d’années. Notre effectif a beaucoup changé cette saison. Nous n’avons pas énormément de vécu sur ces rencontres importantes. Sur les matchs de phases finales, ce sont les détails qui comptent. N’importe quelle équipe est capable de renverser le cours du match et de le remporter. Nous espérons être dans la peau de l’outsider mais qui gagne.
Mais vous avez des joueurs très expérimentés...
Oui bien sûr cela compense. Il y a des joueurs qui ont été champion du monde dans notre effectif. Ils connaissent les matchs à fort enjeu. Quand je parle d’outsider, c’est qu’ils ne connaissent pas les phases finales de Top 14. Cela a une saveur particulière. Il y a beaucoup de supporters qui vont se déplacer. J’espère qu’il y aura des Montpelliérains même si c’est très loin. Nous avons envie de continuer l’aventure même ceux qui malheureusement ne font pas partie des 23 pour ce match.

Benoît Paillaugue : « A chaque match, on marque des essais »

Il y a eu beaucoup de critiques sur le spectacle proposé durant les barrages. Qu’en pensez-vous ?
Nous pouvons comprendre. Vous savez quand on perd un match de phases finales alors que nous travaillons toute l’année, c’est pas mal de mois qui s’écroulent. Cela se voit peut-être sur le jeu et le fait que nous prenons moins de risques. Après, sur les quarts de finale, nous sommes la seule équipe a avoir marqué trois essais. Nous pouvons être critiqués sur pas mal de choses mais nous marquons trois essais en barrages. Nous sommes une des meilleures attaques du Top 14. On peut comprendre les critiques. Des fois nous ne nous mettons pas en danger. Mais on ne peut pas être critiqué toujours là-dessus. Vous pouvez voir les statistiques, les rencontres que l’on peut faire. A chaque fois, nous marquons des essais.
Que pensez-vous du lieu de la rencontre ?
Ce n’est pas une terre de rugby mais c’est un beau stade (le Roazhon Park, ndlr) qui peut accueillir 30 000 personnes. Nous, joueurs de rugby, nous n’avons pas l’habitude durant la saison de jouer dans des stades aussi grands. Nous n’avons pas l’habitude de jouer sur des pelouses aussi belles que celles du football. C’est un stade très agréable. Nous espérons qu’il y aura pas mal d’ambiance. La Bretagne n’a pas l’habitude de voir des matchs de rugby donc cela peut être une belle fête. J’espère que les amoureux du rugby répondront présents et que le stade sera plein.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant