Paiement par smartphone : Orange, Samsung et les banques sur le pied de guerre

le , mis à jour à 08:18
0
Paiement par smartphone : Orange, Samsung et les banques sur le pied de guerre
Paiement par smartphone : Orange, Samsung et les banques sur le pied de guerre

Un compagnon de shopping. C'est avec ce sympathique sobriquet qu'Orange surnomme sa nouvelle application pionnière en France, Orange Cash. Une technologie lancée en octobre qui permet à l'abonné Orange de payer avec son téléphone à la caisse d'un commerce sur trois dans l'Hexagone, et sur laquelle l'opérateur aux 26,7 millions d'abonnés en France mise gros. En clair, en téléchargeant Orange Cash et en versant de l'argent dans son porte-monnaie virtuel Orange, chacun peut régler des sommes jusqu'à 300 € maximum. Un procédé qui a séduit en dix mois 250 000 personnes, des consommateurs qui dépensent, selon Orange, en moyenne 10 € deux fois par semaine, essentiellement dans les villes. Mais — et c'est un frein non négligeable —, la condition pour utiliser ce service est de disposer du matériel adéquat, à savoir un smartphone NFC (en anglais « Near Field Communication », traduisez par « sans contact ») sous Android ou Windows (et non Apple).

 

« L'arrivée d'Apple Pay en France est une très bonne nouvelle pour Orange », salue donc Christian Bombrun, responsable du divertissement chez Orange. Et pour cause. Orange vient de conclure, en juin, un accord avec le géant américain afin de proposer dès octobre aux utilisateurs d'iPhone (le téléphone d'Apple), quelle que soit leur banque, la plate-forme Apple Pay couplée avec Orange Cash. Une sorte d'accord gagnant-gagnant qui devrait permettre à la firme à la pomme et à Orange d'élargir considérablement la cible des clients disposant du bon matériel en France.

 

« On vise plusieurs millions d'utilisateurs », glisse Christian Bombrun. De nombreuses grandes enseignes, comme Paul, Etam ou encore Monoprix, s'équipent aujourd'hui à vitesse grand V.

 

Orange lancera sa banque en 2017

 

Pour Orange, qui prépare le lancement de sa banque en 2017 à la suite du rachat de Groupama Banque en avril, c'est aussi une manière de se positionner ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant