PagesJaunes prévoit de passer le dividende en 2012

le
1

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - PagesJaunes a annoncé mercredi que son conseil d'administration proposerait à titre exceptionnel de passer le dividende au titre de 2011, après avoir enregistré un recul de son chiffre d'affaires et de sa marge l'an dernier.

Lourdement endetté, l'éditeur d'annuaires imprimés et en ligne, a vu son flux de trésorerie net reculer de plus de 20% l'an dernier, pénalisé notamment par l'augmentation du coût de sa dette.

"Le conseil d'administration proposera à la prochaine Assemblée générale des actionnaires de ne pas verser de dividende au titre de l'exercice 2011", explique le groupe dans un communiqué, en faisant référence à la prochaine réunion annuelle des actionnaires qui aura lieu le 6 juin.

PagesJaunes ne fournit pas d'explication quant à cette décision alors que le groupe avait encore réitéré fin octobre son objectif de maintenir une politique de distribution de dividende élevée.

Le lourd endettement du groupe français, 1,915 milliard d'euros au 31 décembre 2011, a fortement pesé sur le titre l'an dernier, le marché s'interrogeant sur la capacité de PagesJaunes à refinancer sa dette dans des conditions acceptables.

La société a déjà refinancé 70% de ses créances au cours du premier semestre de 2011 mais les interrogations portent aujourd'hui sur une dernière tranche de 638 millions d'euros arrivant à échéance en novembre 2013.

Ses marges de manoeuvre financières sont d'autant plus restreintes que son principal actionnaire, la holding Mediannuaire contrôlée par la banque Goldman Sachs et le fonds KKR, est elle-même très endettée.

Actionnaire de référence avec 54,7% du capital, celle-ci a besoin des dividendes, jusque-là généreux, versés par PagesJaunes, pour assurer le paiement du service de sa dette, soulignent plusieurs analystes.

INTERNET DEVIENT LA PREMIÈRE ACTIVITÉ

Courant janvier, PagesJaunes a utilisé l'intégralité d'un crédit-revolving de 300 millions d'euros, suscitant des spéculations sur un possible refinancement de sa dette.

La question n'est pas évoquée dans le communiqué de résultats publié par le groupe ce mercredi.

Sur le plan opérationnel, le groupe a franchi un cap dans sa mue vers internet, qui a représenté, pour la première fois, plus de la moitié (52%) de ses revenus en 2011.

Sur l'ensemble de l'exercice, le chiffre d'affaires ressort à 1,1 milliard d'euros, en ligne avec les attentes du marché selon Thomson Reuters I/B/E/S, ce qui représente une baisse de 2,1% par rapport à l'exercice précédent.

La forte croissance des activités internet (+7,0%) n'a pas été suffisante pour compenser le déclin des annuaires imprimés, en repli de 9,2% sur l'ensemble de l'an dernier.

La marge brute opérationnelle (MBO) est par ailleurs ressortie à 493,1 millions d'euros, en repli de 4,8%.

Le groupe avait dit tabler pour 2011 sur une baisse d'environ 2% de son chiffre d'affaires et sur une MBO comprise entre 485 et 500 millions d'euros, un objectif qui avait été abaissé en juillet pour tenir compte de l'impact sur son activité de mouvements sociaux avant l'été.

Pour 2012, le groupe dit viser une stabilisation de ses revenus après deux exercices de baisse, à la faveur de la croissance de ses activités sur internet qui devraient représenter 60% de son chiffre d'affaires global.

Il anticipe par ailleurs un recul de sa MBO, dans une fourchette comprise entre 470 et 485 millions d'euros, évoquant l'impact de "l'investissement commercial dans les activités internet".

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • edgrac le mercredi 15 fév 2012 à 08:43

    comment peut-on traduire "passer le dividende" en français ?