Pacte de responsabilité : Valls «convaincu» d'avoir une majorité

le
0
Pacte de responsabilité : Valls «convaincu» d'avoir une majorité
Pacte de responsabilité : Valls «convaincu» d'avoir une majorité

Le feu couve dangereusement, mais il affiche sa confiance. A la veille de l'ouverture des discussions à l'Assemblée sur les textes budgétaires mettant en musique le pacte de responsabilité, et alors que s'annonce une jolie guérilla parlementaire, Manuel Valls se dit «convaincu» d'avoir une majorité.

«J'en suis convaincu, parce que je suis convaincu de l'esprit de responsabilité des socialistes», martèle le Premier ministre. Invité de France Info ce lundi, le chef du gouvernement, qui a déjà fermement incité les siens à serrer les rangs samedi, en appelle une nouvelle fois «au rassemblement et à la responsabilité de la gauche».

Alors que des députés socialistes pensent à déposer des amendements hors du groupe PS, mais surtout tentent un rapprochement avec les écologistes et les communistes afin d'infléchir la politique économique du gouvernement, Manuel Valls préfère minimiser. «On parle de ces quelques députés qu'on appelle frondeurs, mais on oublie de parler de tous ces parlementaires qui sont engagés et qui soutiennent l'action du gouvernement», souligne-t-il.

Les récalcitrants, le Premier ministre leur fera face mardi matin, lors de la réunion des députés socialistes. C'est justement là que doivent être votés les amendements socialistes afin de dégager une position commune avant l'hémicycle. Les «frondeurs» décideront ensuite, et en fonction de «la qualité du débat», des amendements qu'ils défendront dans l'hémicycle.

«Nous ne faisons pas de cadeaux aux patrons»

«Nous avons déjà beaucoup amendé notre plan», prévient toutefois le locataire de Matignon dès ce lundi. «Je suis toujours ouvert au dialogue, mais pas pour mettre en cause à la fois le soutien aux entreprises, les baisses d'impôts pour les classes moyennes et les couches populaires, les augmentations de salaires pour ceux qui sont payés aux Smic et les économies.»

Sa mise en garde de samedi, Manuel Valls l'assume : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant