Pacte de responsabilité : premier jour de négociations

le
1
Pacte de responsabilité : premier jour de négociations
Pacte de responsabilité : premier jour de négociations

Pierre Gattaz acceptera-t-il la mise en place de contreparties ? Le président de la République aura-t-il son million d'emploi ? Deux mois après son «lancement» par François Hollande, le pacte de responsabilité, bouée de sauvetage du gouvernement face à la déferlante du chômage, prend véritablement corps ce vendredi avec la première rencontre entre le patronat et les syndicats.

Après l'échec de l'inversion de la courbe du chômage fin 2013 et la déception de voir en janvier près de 9.000 nouveaux demandeurs d'emploi grossir les rangs des chômeurs, le gouvernement considère le pacte comme une «clé» pour relancer l'emploi, selon les termes du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Ce vendredi matin, Michel Sapin, ministre du travail et de l'emploi, a répété que «le pacte est là (...) pour faire en sorte que 2014 soit l'année de la bascule vers plus de croissance et vers plus d'emploi. Il faut évidement que ceux qui animent l'entreprise, le tissu économique français, patronat et syndicats (...) puissent en parler».

Pierre Gattaz, patron des patrons avait semé la zizanie lors du voyage présidentiel aux Etats-Unis en évoquant un pacte sans contreparties. Après avoir pourtant légèrement rétropédalé, en évoquant des «engagements», le patron du Medef n'en a pas moins enfoncé le clou en qualifiant de «dangereux» le mot «contrepartie». Il demande que l'«observatoire des contreparties» soit rebaptisé «comité de suivi du pacte», un terme «beaucoup moins agressif», selon lui.

30 milliards de baisse de charges

La discussion ce vendredi est donc axée sur les fameuses «contreparties» en terme d'emploi que pourraient concéder les entreprises en échange de 30 milliards d'euros de baisse de charges promis par le gouvernement.

Cette première rencontre, qui réunit au siège du Medef les représentants de trois organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et de cinq syndicats (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC), ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • benoitdh le vendredi 28 fév 2014 à 10:08

    Pacte de responsabilité n'est qu'un slogan creux.Nous ne sommes plus dans un environnement d'économie administrée et les entreprises ont besoin de liberté et de simplicité, le tout dans un climat de confiance.Or nous vivons de plus en plus sous la contrainte d'Etat, les replis corporatistes et la suspicion généralisée.Nous allons dans le mur !