Pacte de responsabilité : les brasseurs mettent la pression sur le Medef

le
20
Pacte de responsabilité : les brasseurs mettent la pression sur le Medef
Pacte de responsabilité : les brasseurs mettent la pression sur le Medef

Alors que Pierre Gattaz, le patron du Medef, tient sa conférence mensuelle, les brasseurs font monter la pression sur le Medef en promettant d'embaucher en échange d'une stabilité fiscale. Si en 2013, les ventes de bière en France ont reculé de 3% en raison de l'augmentation des taxes sur la boisson, les Brasseurs de France se disent prêt à embaucher jusqu'en 2017, si le gouvernement s'engage à assurer au secteur une stabilité fiscale après la hausse de 160% début 2013. La profession s'engage à investir entre 220 et 250 millions d'ici à 2017, ce qui permettrait 400 embauches nettes par an en plus des 400 remplacements de poste habituels chaque année.

Face à la position de ce secteur, le patron des patrons reste ferme, après avoir affirmé, lors du voyage présidentiel aux Etats-Unis, que les allégements de charges promis aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité ne devaient pas s'accompagner d'une «contrainte»

Pierre Gattaz refuse tout engagement chiffré

Selon Pierre Gattaz, il est nécessaire que «chaque partenaire prenne ses responsabilités de manière pragmatique, loin des postures politiques qui ont mené la France dans la situation où elle se trouve actuellement?». Pas question pour lui de s'engager sur des objectifs chiffrés. «Les entreprises ne pourront jamais prendre un engagement juridique de résultat dans un environnement instable mondialisé et très concurrentiel, précise-t-il. Nos engagements seront donc des engagements de mobilisation, d'objectifs et de moyens.?Il faut cesser la démarche de contrainte-contrôle-sanction suivie dans notre pays depuis une trentaine d'années. Nous devons passer enfin à un mode incitation-simplification-confiance.»

Et d'enfoncer le clou, ce mardi lors de sa conférence. Le patron du Medef veut un «moratoire» sur des projets de lois qui, selon lui, font peser «du stress sur le dos des patrons». Il cite l'exemple d'un projet de réforme concernant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • psdi le mercredi 19 fév 2014 à 11:35

    Il n'y a pas que les brasseurs qui mettent la pression sur lui. Il stresse même les patrons, c'est dire la confiance qu'ils ont en lui.

  • psdi le mercredi 19 fév 2014 à 11:01

    Il n'y a pas que les brasseurs qui mettent la pression sur lui. Ils stressent même les patrons, c'est dire la confiance qu'ils ont en lui.

  • nitram.g le mercredi 19 fév 2014 à 09:22

    Mr GATTAZ ne vous rendez pas complice d'une bande d'incapables qui retournent très facilement leur veste...

  • M363422 le mardi 18 fév 2014 à 19:07

    Autre "simplisme": " C'est le marché (!) qui fait l'économie " Amusant!! Et je m'abstiens, par charité, de commenter...et ses 4 propositions..trop drôle!! Et il parait qu'il en a d'autres!!Depuis 10 ans dit-il!!!

  • M363422 le mardi 18 fév 2014 à 18:58

    Nos "brillants économistes de comptoir" sont en forme.Baisser les charges..ne créera pas d'emplois = d'accord donc inutile de baisser les charges!! Gattaz prend les gens pour des... "sans actionnaires pas de capital, pas de capital, pas d'entreprises" A croire que l'appel à l'actionnariat est le seul moyen de financement pour une entreprise. Quelle ignorance!! Enfin : il y a une taxe de 0,10 cts..on la porte à 0,20 L'augmentation=100%...Le prix du demi 3,50 passe à 3,60

  • domin288 le mardi 18 fév 2014 à 18:16

    Roux.g, c'est la mentalité que vous avez qui provoque le chomage dans le monde. Tout contraindre détruit, anéanti. LEs sytèmes politique de l'amérique était accès essentielement sur la contrainte. Pas de libéralisme, surtout pas. Un chilien, s'il voulait créer une enteprise devait quitter sont pays. L'Amérique Latine n'as jamais était vraiment libéral, sauf maintenant, regardez l'évolution du Brésil.

  • fquiroga le mardi 18 fév 2014 à 18:02

    Sont allés le chercher le titre.....(les comiques de l'AFP)

  • nono67 le mardi 18 fév 2014 à 17:48

    gattaz est peut etre un rentre dedans , comme son père dailleurs , mais il a bien entendu raison. Soyons simplement d'une logique implacable . Ils veulent baisser les charges des entreprises pour ameliorer leur compétitivité en faisant baisser le cout du travail . mais en même temps, ils veulent des embauches en compensation ...qui vont augmenter le cout du travail et réduire la compétitivité. Une entreprise n'embauche que lorsqu'elle a du travail à donner . c'est simple . Inutile de faire l'ena

  • fouche15 le mardi 18 fév 2014 à 15:01

    BRAVO M. GATTAZ ne lâchez rien ils n'en valent pas la peine. Ce sont tous des bonimenteurs

  • M3890093 le mardi 18 fév 2014 à 14:57

    roux.g Tu es très fort, pourquoi ne montes tu pas ton entreprise ?Tu sembles oublier que sans actionnaires pas de capital, pas de capital, pas d'entreprises.