Pacte de responsabilité : le rétropédalage de Gattaz

le
0
Pacte de responsabilité : le rétropédalage de Gattaz
Pacte de responsabilité : le rétropédalage de Gattaz

Deux jours après avoir jeté un pavé dans la mare, le patron du Medef, Pierre Gattaz, a fait marche arrière ce mercredi. A bord de l'avion de François Hollande, entre Washington et San Francisco, le président de l'organisation patronale n'a finalement pas «exclu» des «engagements chiffrés qui seraient des objectifs à partager sur la base d'estimations», en matière de création d'emplois, dans le cadre du pacte de responsabilité. Alors qu'il accompagnait le président dans sa visite d'Etat aux Etats-Unis, placée sous le signe de l'offensive économique, le patron des patrons avait jeté un froid, lundi, en déclarant à la presse qu'il ne voulait pas entendre parler de contreparties.

Recadré par François Hollande à Washington, il réaffiche «l'enjeu» : «La création d'un million d'emplois nets en cinq ans auquel je crois», déclare-t-il à la presse. Ce pacte en cours de négociations vise à créer des emplois en contrepartie d'allègements de charges accordés aux entreprises. Pour autant, «sur les contreparties», il entend rester «ferme sur les prix». «Je ne pourrai jamais prendre un engagement juridique dans un environnement, instable, mondialisé et très concurrentiel», a-t-il fait valoir, réaffirmant que ce pacte de responsabilité ne devait pas être transformé en un «pacte de contrainte».

«Le gouvernement a fait le choix du pacte de responsabilité, je ne fais qu'abonder dans ce sens et c'est peut-être une chance historique pour le pays de se réformer», assure Pierre Gattaz. Avant d'enchaîner : «Supporteur de la France, je le dis aux Etats-Unis : France is back.»

La pique du président

Face aux déclarations fracassantes de Pierre Gattaz, François Hollande a choisi l'humour. Devant quelque 3 000 Français de San Francisco réunis dans un grand hôtel de la ville, le chef de l'Etat a évoqué mercredi «cet avantage d'avoir eu le président du Medef tout au long de (son) déplacement» à ses côtés. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant