Pacte de responsabilité : le patronat partagé, les syndicats aussi...

le
3
Pacte de responsabilité : le patronat partagé, les syndicats aussi...
Pacte de responsabilité : le patronat partagé, les syndicats aussi...

Les organisations patronales ont été les premières à réagir ce mardi aux précisions apportées par François Hollande sur son fameux pacte de responsabilité, lors de ses voeux aux forces économiques. Pour Pierre Gattaz, président du Medef, le «flou» est toujours là en ce qui concerne la baisse des charges des entreprises. La CGPME a de son côté salué la stratégie empruntée par le chef de l'Etat,  la «seule stratégie» possible pour créer des emplois. Certains syndicats de salariés ont annoncé leur intention de participer à des négociations qui doivent s'ouvrir la semaine prochaine, mais réclament plus de garanties de la part des entreprises. 

Au final, malgré l'appel à un «grand compromis social» lancé par François Hollande, patronat et syndicats poursuivent une sorte de dialogue de sourds, le premier refusant tout objectif chiffré de créations d'emplois, alors que les seconds en font une condition sine qua non.

Forte inquiétude du Medef sur la fiscalité

La détermination affichée par François Hollande n'a semble-t-il pas convaincu Pierre Gattaz, patron du Medef. D'abord, «il faut aller vite et fort» et «des mesures doivent être prises dès le 1er semestre 2014». Le patron des patrons a également déploré sur BFMTV un problème de confiance : «Il faut arrêter les zig et les zag» de la politique gouvernementale» et pleinement «jouer la carte des entreprises».

Alors que François Hollande a confirmé que le volume d'allègements de charges pour les entreprises serait de l'ordre de 30 milliards d'euros avec la suppression d'ici à 2017 des cotisations familiales qui pèsent sur les entreprises, le patron du Medef malgré tout dénoncé  le «flou» concernant la «fiscalité» et la «baisse des charges» annoncées par François Hollande de même que sur la baisse des dépenses publiques. «Il faut une clarification dans les semaines à venir», a t-il demandé.  Sur la question des contreparties ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 21 jan 2014 à 17:20

    RÉDUIRE DE MOITIÉ LE NOMBRE DES DÉPUTÉS ET SÉNATEURS FISCALISER TOUS LEURS AVANTAGES ET INDEMNITÉS,PLAFONNER LEURS RETRAITES À 6500€SUPPRIMER TOUS LES RÉGIMES SPÉCIAUX ALIGNER LES RETRAITES AUX LES MÊME CONDITIONS D’ATTRIBUTIONS.revenir aux 40 heures hebdomadaire et en arrêt maladie à 3 jours de carence . CE SONT LES ÉCONOMIES A METTRE EN PLACE IMMÉDIATEMENT

  • M1178616 le mardi 21 jan 2014 à 17:19

    Hollande tant dans sa vie privée ( pas de décision avec rupture ou rabibochage avec V.T)que sur la gestion du pays est tjrs aussi ambivalent. Rien à espérer de lui sauf à ce qu'il dégage.

  • M8252219 le mardi 21 jan 2014 à 17:12

    ce ne sont que des promesses la seule réalité serait la diminution des dépenses publiques et c'est le contraire qui a été fait depuis 20 mois DEMANDER À DES PARTENAIRES DE PRENDRE DES ENGAGEMENT ÉCRIS ET FERMES SUR DES PROMESSES ALORS QUE DEPUIS 20 MOIS RIEN N'A ÉTÉ FAIT POUR RÉDUIRE LA DÉPENSE PUBLIQUE BIEN AU CONTRAIRE.