Pacte de responsabilité : le Medef exige une loi «avant l'été»

le
3
Pacte de responsabilité : le Medef exige une loi «avant l'été»
Pacte de responsabilité : le Medef exige une loi «avant l'été»

Comme Jean-Marc Ayrault peu après sa nomination à Matignon en mai 2012, le nouveau Premier ministre Manuel Valls a rencontré ce vendredi toute la journée les organisations syndicales et patronales pour une première prise de contact.  Au menu : le pacte de responsabilité et ses répercussions sur l'emploi et les salaires.

Reçu en fin d'après-midi, le président du Medef, Pierre Gattaz, a dit avoir demandé que les mesures de renforcement de la compétitivité des entreprises prévues dans le pacte de responsabilité soient «impérativement» inscrites dans la loi «avant l'été». «Nous avons rappelé l'urgence de la situation économique du pays et la grande nervosité des chefs d'entreprise que nous voyons tous les jours, qui ne voient rien venir et qui sont toujours en crise».

Du côté des artisans (UPA), une accélération du calendrier a également été réclamée. «Nous avons dit (à Valls, Ndlr) que 2015, c'est trop tard, 2016 c'est encore beaucoup trop tard. C'est immédiatement qu'il faut que des mesures soient prises, avec un budget rectificatif éventuellement», a déclaré le président de l'organisation patronale des artisans, l'UPA, Jean-Pierre Crouzet.

Mailly (FO) : «Le plus simple, c'est d'augmenter le Smic»

Sans surprise, la CGT, qui n'a pas ratifié l'accord avec le patronat début mars, a réaffirmé son opposition au pacte, «un cadeau au patronat» selon Thierry Lepaon (CGT), qui «ne met pas beaucoup d'espoir dans ces rencontres bilatérales». La baisse des cotisations salariées proposée par Manuel Valls n'a pas trouvé davantage grâce à ses yeux : «Nous sommes opposés au transfert du financement de la sécurité sociale sur l'impôt.»

A la sortie de son entrevue, le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a annoncé que le coup de pouce pour les salariés au Smic, promis par le Premier ministre, serait une baisse des cotisations vieillesse. Il a jugé cette idée «un peu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 11 avr 2014 à 11:01

    Le lendemain, le convoi de Martine suivi de caravanes, des caméras et de l'équipement audio… Martine Aubry sort de sa limousine et se dirige vers la petite Suzie...Bjr, j'aimerais que tu répètes devant tous mes amis quelle race de chatons tu offres gratuitement...Oui madame, ils sont UMP, dit Suzie...Surprise, Martine balbutia..Mais… mais… hier tu m’as dit qu’'ils étaient Socialistes...OUI, mais aujourd’hui, ils ont ouvert les yeux!

  • mlaure13 le vendredi 11 avr 2014 à 11:01

    Une petite fille et un panier contenant de petites créatures, et un écriteau CHATONS GRATUITS...Soudain, un défilé de voitures s’arrêta… Bjr petite, je suis Martine AUBRY…Quel âge ont-ils, demanda Martine …Ils sont si jeunes que leurs yeux ne sont pas encore ouverts, répliqua Suzie. Et de quelle race s'’agit-il?.. Des socialistes, répondit Suzie avec un large sourire. Martine appela son Directeur des relations publiques, pour un reportage original…

  • mlaure13 le vendredi 11 avr 2014 à 09:19

    Absolument OK avec la philosophie de Bruxelles, et de l’Allemagne..On est des traînes savates (PS et consort) le seul Pays des cigales du SUD, qui ne veut pas rentrer dans les clous de la sagesse par démagogie et mauvaise gestions des finances du Pays...Honte à nos dirigeants Mafieux/Rentiers et spoliateurs ...Vivement que nous soyons sous tutelle du FMI/UE !!!...