Pacte de responsabilité : la CFDT doute de l'engagement du patronat

le
29
Pacte de responsabilité : la CFDT doute de l'engagement du patronat
Pacte de responsabilité : la CFDT doute de l'engagement du patronat

«Sans engagement du patronat, pas de pacte» de responsabilité : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, dans un entretien au «Monde», fait part de ses craintes quant à la volonté des entreprises de créer des emplois. Pour autant, il ne répondra pas à l'appel de FO à manifester le 18 mars par rapport à cette proposition faite au seuil de la nouvelle année par François Hollande.

Le pacte de responsabilité prévoit la suppression des cotisations familiales patronales d'ici à 2017, soit environ 30 milliards d'euros (le Medef réclame deux fois plus d'abaissement des charges), en contrepartie d'un effort des entreprises pour l'emploi qui n'a toutefois pas été chiffré. «Nous ne sommes pas en désaccord sur le transfert des cotisations familiales, mais les aides aux entreprises supposent en échange des engagements de leur part. J'ai beaucoup de doutes sur la volonté d'engagement du patronat», déclare Laurent Berger dans le quotidien daté de dimanche-lundi.

«Si le patronat ne s'engage pas dans un dialogue social dans les branches, voire les territoires, qui fixe des engagements pour l'emploi, il n'y aura pas de pacte qui vaille pour la CFDT ! Je dirais alors qu'on ne peut pas alléger les charges des entreprises car leurs représentants sont incapables de s'engager», déclare le secrétaire général du syndicat.

Une approche différente de celle de FO

Au sujet de l'appel à manifester le 18 mars lancé par FO pour exprimer «la colère» des salariés contre le pacte de responsabilité, il dit qu'il est «hors de question» que la CFDT y participe. «Nous ne partageons pas la même approche sur le Pacte de responsabilité. Cette journée du 18 mars était d'abord un mouvement dans la Sécurité sociale, sur ses problématiques propres. Elle doit le rester», affirme-t-il.

S'agissant des relations avec la CGT, plutôt tendues, Laurent Berger estime que les deux syndicats peuvent faire «un bout de chemin» ensemble si la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le dimanche 2 fév 2014 à 18:30

    Oui, je sais, l’historique des ratages est cruel, mais il permet de conserver à l’esprit une chose évidente : on est en train de mettre en place un nouveau bidouillage gouvernemental qui aboutira, comme tous les autres, à la même bouillie vague et froide, composée pour trois-quarts d’argent public dépensé n’importe comment, d’une pincée de vœux pieux et de cette solide dose de médiocrité moyenne qui permettra de reléguer la proposition au rang de vague souvenir honteux après une soirée trop arro

  • fernan.p le dimanche 2 fév 2014 à 17:47

    Lorsque les entreprises redeviendront compétitives elles gagneront des marchés et, alors, elles embaucherons. Entreprise, marché, compétitivité : vocabulaire inconnu de nos gouvernants qui n'ont jamais été confrontés aux réalités.

  • fbordach le dimanche 2 fév 2014 à 17:26

    Je ne vois pas pourquoi le patronat s'engagerait quand le gouvernement n'est pas capable, à part des projets de société en carton pâte, de tenir ses engagements économiques. Et puis un patron n'a pas pour vocation de créer, d'abord de l'emploi. Il investi pour gagner des marché, faire de la croissance puis enfin pour embaucher dans le cadre d'un cercle vertueux. Il est vrai que quand on a été fonctionnaire toute sa vie ce sont des notions étrangères...

  • mucius le dimanche 2 fév 2014 à 16:13

    La France est vraiment engluée dans son idéologie marxiste de lutte des classes. Les salariés en lutte permanente contre les patrons, voila le schéma! Tant que la liberté ne sera pas rétablie dans ce pays, il n'y a pas d'avenir : les patrons n'ont pas à donner d'engagement. Et si les syndicats ne sont pas d'accord, pas de "pacte". Et on attendra la hausse du chômage. Aucune concession à faire aux marxistes.

  • cracboui le dimanche 2 fév 2014 à 14:10

    Le patronat n'a pas à s'engager sur des emplois!! On ne crée pas des emplois pour le plaisir idem pour la destruction d'emplois! Il y a vraiment des types qui vivent sur une autre planète pour croire cela.....

  • lorant21 le dimanche 2 fév 2014 à 13:33

    C'est cela ou dans 5 ans, il y a 6 millions de chômeurs. Mais le CFDT s'en fiche un peu... Et moi, je ne crois absolument plus F.Hollande.. sur aucun sujet.

  • M3435004 le dimanche 2 fév 2014 à 12:07

    La CFDT ? Comment il s'appelle celui qui vient de se faire bombarder têtes de liste aux européennes ? A la soupe ! Comme tout le monde.

  • M3435004 le dimanche 2 fév 2014 à 12:05

    Psdi Vous avez des doutes ? Nous nous faisons des constats. Vos socialo-syndicalo-hollando-politico-bobo sont des incapables et des menteurs qui n'ont RIEN FAIT DE BON POUR LE PAYS DEPUIS qu'ils sont élus alors qu'ils avaient freiné toutes les réformes nécessaires quand ils étaient dans l'opposition.

  • M3435004 le dimanche 2 fév 2014 à 12:01

    psdi Vous et vos amis socialo-syndicalo êtes RESPONSABLES d'une situation économique et sociale comparable à celle de la France en 1940. Après avoir ruiné l'économie du pays avec les 35 heures, un code du travail DEMENT, et une fiscalité confiscatoire, vous voudriez aujourd'hui obtenir des entreprises des engagements en contrepartie d'une réduction partielle de toutes les couches supplémentaires que vous avez rajoutées sur leur dos depuis 18 mois pour les mettre à genoux. Succès garanti.

  • psdi le dimanche 2 fév 2014 à 11:39

    Il n'y a pas que la CFDT qui doute sur les intentions du patronat à s'engager.