Pacte de responsabilité : l'ultimatum d'Ayrault aux partenaires sociaux

le
94
Pacte de responsabilité : l'ultimatum d'Ayrault aux partenaires sociaux
Pacte de responsabilité : l'ultimatum d'Ayrault aux partenaires sociaux

Un mois pour mettre fin à un dialogue de sourds. C'est l'ultimatum posé ce jeudi Jean-Marc Ayrault aux partenaires sociaux, en leur demandant de lui proposer au plus tard début mars des contreparties à la baisse du coût du travail annoncée dans le cadre du pacte de responsabilité. Les syndicats réclament des promesses d'embauches chiffrées, pour l'instant exclues par le patronat, qui exige de son côté des baisses de charges rapides.

«Des engagements concrets doivent être pris»

«Nous considérons que des engagements concrets doivent être pris au nom des entreprises en contrepartie des efforts que va consentir la collectivité nationale pour favoriser leur compétitivité et financer des allègements par des réductions de la dépense publique», a expliqué le Premier ministre, qui achève une série de concertations.

Par ces «efforts», il faut entendre notamment la suppression à la fin du quinquennat des cotisations familiales versées par les entreprises, annoncée le 1er janvier par François Hollande. «Je vais adresser dans les tout prochains jours aux partenaires sociaux une lettre en leur demandant de se concerter et de me faire part de leurs propositions de méthode et d'objectifs sur les contreparties au plus tard» début mars, a ainsi indiqué Jean-Marc Ayrault.

Selon lui, «l'enjeu est la mobilisation de toutes les forces vives du pays». «Parmi ces contreparties, je vois trois objectifs: les créations d'emplois, la qualité des emplois et l'investissement en France», a-t-il détaillé. Ces contreparties, a poursuivi le Premier ministre, «doivent être définies au niveau national interprofessionnel et ensuite déclinées au niveau des branches professionnelles». Elles feront l'objet «d'un suivi et d'une évaluation au sein d'un Observatoire des contreparties avec l'Etat, les partenaires sociaux, qui sera mis en place prochainement», a rappelé Jean-Marc Ayrault, qui présidera cet Observatoire.

VIDEO. Pacte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • msglyon le mardi 4 fév 2014 à 11:25

    Ayrault, comme un allemand, simple clair, net et précis. La France donne (encore une fois) de l'argent aux "entreprises privées", mais cette fois, hors de question que ces fonds disparaissent dans les poches des actionnaires. Cette fois, il faut qu'il y ait du résultat. La France toute puissante qui est toujours là pour sauver ces entreprises privées quand elles sont en faillite ou mal gérées, La France veut des contreparties et surtout du résultat.

  • msglyon le mardi 4 fév 2014 à 11:25

    Et c'est avec notre argent à tous, avec nos impôts à tous que la France donne aux entreprises privées.Alors tous, on espère des sanctions en cas de fraude, ou d'insuffisance de résultat. Car sans sanction, il n'y aura pas de résultat. Il faut pouvoir licencier un salarié pour le recadrer quand c'est un mauvais élément.Idem pour les patrons mauvais gestionnaires dont un certain nombre n'ont pas les compétences pour faire ce job.

  • msglyon le mardi 4 fév 2014 à 11:24

    Alors commençons pas travailler avec des pros , pas avec des porteurs de titre de carte de visite. Car quant on voit le nombre de petites moyennes et grandes boites gérées par des patrons branquignoles (investissements délirants disproportionnés ou inutiles, absence totale d'anticipation, incapacité à s'adapter avec les moyens du bord, inefficacité dans la gestion financière entraînant une dépendance totale aux banques etc...)

  • msglyon le mardi 4 fév 2014 à 11:23

    Il est évident que donner de l'argent à des poches percées revient à le jeter par la fenêtre. Je suis dur avec mes con-frères patrons , mais parfaitement réaliste et objectif. Il y a trop de patrons incompétents en France.Et c'est de notre argent dont il s'agit. Alors exigeons un contrôle sur ces dons d'argent de la France.

  • janaliz le samedi 1 fév 2014 à 20:20

    Il y a encore du boulot pour faire comprendre à tous ces c o n s le principe des flux économiques. Il est vrai que quand on voit le regard intelligent d'Ayrault, on se dit que la tâche va être ardue...

  • janaliz le samedi 1 fév 2014 à 20:20

    Il y a encore du boulot pour faire comprendre à tous ces c o n s le principe des flux économiques. Il est vrai que quand on voit le regard intelligent d'Ayrault, on se dit que la tâche va être ardue...

  • roux.g le vendredi 31 jan 2014 à 18:54

    Quand on lit ce forum on voit bien que les grands discours du Medef ce n'était que du flan, quand il y a encore quelques semaines il nous annonçait des créations d'emplois si "on" baissait les "charges" (pas les charges financières, celles là, personne ne semble vouloir y toucher). Maintenat qu'on lui dit CHICHE, il n'y a plus personne. Ce que veut le Medef, c'est du fric. Pour lui seul !

  • Gary.83 le vendredi 31 jan 2014 à 15:01

    comme disait Clémenceau :" en France, quand on veut enterrer un problème, on créé une commission"?

  • trador8 le vendredi 31 jan 2014 à 14:58

    Ils peuvent pas s'en empêché faut créer des commissions, des observatoires remplis de copains fonctionnaires, autant d'emploi fictifs !

  • trador8 le vendredi 31 jan 2014 à 14:57

    Un Observatoire composé de fonctionnaires encore une machine à gaz COÛTEUSE douteuse qui bloquera tout.