Pacte de responsabilité : l'aile gauche du PS méfiante, le Medef bienveillant

le
0
Pacte de responsabilité : l'aile gauche du PS méfiante, le Medef bienveillant
Pacte de responsabilité : l'aile gauche du PS méfiante, le Medef bienveillant

Ce n'est pas sur la situation conjugale de François Hollande que l'aile gauche du PS ou le Medef attendent mardi des clarifications, mais sur le Pacte de responsabilité, esquissé par le chef de l'Etat lors de ses voeux aux français. Le 31 décembre, François Hollande avait parlé de baisse des charges pour les entreprises en échange d'embauches et d'un dialogue social accru. A la veille de la troisième conférence de presse de son quinquennat, les attentes sont fortes et contradictoires. Si l'aile gauche du PS attend avec impatience d'en savoir plus, craignant un éventuel tournant social libéral du président, le patronat au contraire, affiche sa bonne volonté. 

Sur quel échelon, «les branches ou les entreprises», sera-t-il discuté ? Quelles «contreparties», notamment en termes d'emplois, de salaires ? «Quelles sont les sanctions qui pourraient être appliquées si les entreprises ne jouent pas le jeu ?», interroge la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann. «Nous allons être vigilants sur le pacte de responsabilité», prévient-elle. «On attend des précisions» abonde Emmanuel Maurel chef de fil du courant la «Gauche maintenant», l'aile gauche du PS et vice-président du Conseil régional d'Ile-de-France.

«Ce que j'attends du président c'est qu'il ne tourne pas le dos à cette voie singulière du socialisme français (...) qui fait que, nous , Parti socialiste français, on ne saurait s'aventurer dans une voie à la Gerhard Schröder ou à la Tony Blair...» a ajouté Emmanuel Maurel.

Le Medef prêt à pactiser

De son côté, le Medef, qui s'était immédiatement réjoui de la proposition du président Hollande de baisser les charges des entreprises, se montre soucieux d'afficher sa bonne volonté. 

«C'est l'électrochoc que j'attendais», a dit lundi sur Europe 1, Pierre Gattaz. Le président du Medef s'est dit convaincu de pouvoir «créer des poches de 50.000 à 100.000 emplois dans les prochaines ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant