Pacte de responsabilité : haro sur Emmanuel Macron !

le
0
Emmanuel Macron et François Hollande à la conférence sociale du 20 juin 2013.
Emmanuel Macron et François Hollande à la conférence sociale du 20 juin 2013.

Jeune, brillant, doué pour les chiffres comme pour le piano, Emmanuel Macron, 36 ans, le conseiller de François Hollande à l'Élysée, a joué un rôle moteur dans la genèse du pacte de responsabilité. Son influence supposée sur le président et son rôle d'intercesseur avec Pierre Gattaz, le président du Medef, en agace plus d'un, et non des moindres. Mercredi 22 janvier, lors d'une réunion, son matricule a chauffé. Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, lui a fait sentir le souffle glacé de son courroux. Ayrault n'a pas supporté l'idée que le pacte de responsabilité écrase et englobe sa propre initiative - "la remise à plat fiscale". D'autant qu'au passage François Hollande a décidé de prendre directement les commandes sur les dossiers économiques à travers le "conseil stratégique de la dépense", dont la première réunion, la semaine dernière, a montré un président "pushy", dixit un participant, sur les économies à réaliser... Sapin : "Macron, l'homme à abattre"Depuis le tournant "social-démocrate", "Macron est devenu l'homme à abattre", analysait en coulisse Michel Sapin, le ministre du Travail. Un autre poids lourd du gouvernement l'a mauvaise : Pierre Moscovici, amer de voir que le président Hollande ne l'écoute pas davantage et se fie plus à Macron, l'ancien banquier de Rothschild déjà dans le collimateur de la gauche du PS, où les Maurel, Hamon et autres Lienemann le vouent aux gémonies et soupçonnent son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant