Pacte de responsabilité de Hollande : un cocktail de Gallois et de Sarkozy

le
0

ANALYSE - Entres les 30 milliards d'oxygène financier préconisés par l'ancien président d'EADS il y a 18 mois et la formule de baisse des charges pour laquelle avait opté l'ancien chef de l'État, François Hollande recycle les bonnes vieille recettes.

Quand il avait rendu son rapport en novembre 2012, Louis Gallois savait qu'il ne plairait pas à tout le monde. Aussi étiqueté de gauche soit-il, cet esprit libre était bien disposé à relever un défi de taille: faire des propositions pour mettre fin «au décrochage» de l'industrie française, amorcé dans les années 1970, et qui s'est accéléré au cours de la dernière décennie. Et ce n'était rien d'autre qu'un «choc de compétitivité de 30 milliards d'euros» que l'ancien président d'EADS avait proposé au gouvernement. Il préconisait donc, pour redonner des marges de man½uvre aux entreprises, de transférer 20 milliards de baisse des cotisations patronales et 10 milliards de baisse des cotisations salariales, afin ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant