Pacifique : comment la Chine nargue les Américains

le , mis à jour le
3
Un navire chinois apporte du remblai sur un îlot des Spratleys. Une stratégie du fait accompli qui inquiète les voisins du géant asiatique.
Un navire chinois apporte du remblai sur un îlot des Spratleys. Une stratégie du fait accompli qui inquiète les voisins du géant asiatique.

En Chine, plus qu'ailleurs, la diplomatie est un art de la sémantique. Xi Jinping l'a encore démontré en recevant tout sourire le secrétaire d'État américain John Kerry, dimanche. "Le vaste océan Pacifique est assez grand pour embrasser à la fois la Chine et les États-Unis", a déclaré Xi au chef de la diplomatie américaine, arrivé à Pékin très remonté à la suite des dernières affirmations du géant asiatique en mer de Chine du Sud. Une formule au ton apaisant, qui illustre en réalité la nouvelle détermination du pouvoir chinois à contester l'Amérique en mer. "Traduction : vous restez de votre côté, et nous resterons du nôtre", décrypte le sinologue américain Patrick Chovanec sur Twitter. En clair, l'US Navy n'a rien à faire en mer de Chine du Sud, réclamée à 90 % par Pékin, au mépris du Vietnam, des Philippines ou de la Malaisie. Une zone stratégique riche en hydrocarbures, où transite près de moitié du commerce maritime mondial.

LIRE aussi notre article "Le Japon et son allié américain s'inquiètent des poussées chinoises en mer de Chine"

Depuis quelques mois, la tension monte sur les archipels des Spratleys et Paracels, où la Chine affirme désormais sa souveraineté en construisant "une grande muraille de sable". À coups de dragage et de remblais, Pékin transforme des récifs en îles artificielles, où elle bâtit de nouvelles bases avancées à la disposition de l'Armée populaire de libération. Comme à Fiery...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le mardi 19 mai 2015 à 08:13

    C'est dur de voir son hégémonie contestée ! mais il en est ainsi de tous les empires . Et les USA qui semblent à tout prix vouloir éviter que la Chine ne prenne leur place ont trouvé la solution : rapprocher la Russie de la Chine ! comprenne qui pourra ...

  • micazur le mardi 19 mai 2015 à 07:53

    Sans les USA, nous européens, serions Russes depuis longtemps. Je doute que ce soit mieux...Nous avons aussi notre place, mais il faudrait la défendre.

  • guerber3 le lundi 18 mai 2015 à 11:18

    Les USA: de l' espionnage, du contre-espionnage, des " blackwater ", une armée surpuissante et une équipe de cow boys qui se prend pour Dieu...!!!