P&G veut céder une centaine de marques pour relancer les ventes

le
0
PROCTER & GAMBLE VEUT CÉDER UNE CENTAINE DE MARQUES POUR RELANCER LES VENTES
PROCTER & GAMBLE VEUT CÉDER UNE CENTAINE DE MARQUES POUR RELANCER LES VENTES

par Devika Krishna Kumar

(Reuters) - Procter & Gamble a annoncé vendredi qu'il pourrait vendre la moitié environ de ses marques pour revitaliser la croissance des ventes et réduire les coûts, provoquant une hausse de son action de 4%.

Le leader mondial des produits ménagers précise qu'il envisage de vendre de 90 à 100 marques, dont les ventes ont baissé de 3% environ par an durant les trois dernières années. Les cessions doivent se faire dans les 12 à 24 mois et selon le directeur général A.G. Laffey, les pertes d'emploi induites seront inférieures aux 9.600 intervenues en 2001.

"Nous allons créer une entreprise plus rentable et à la croissance plus rapide, qui soit bien plus simple à gérer", a déclaré A.G. Laffey. "Moins équivaudra à bien plus".

Le fabricant des couches Pampers a précisé que les 70 à 80 marques stratégiques sur lesquelles il se recentrera ont représenté 90% des ventes et plus de 95% des bénéfices ces trois dernières années et ajoute que 23 de ces marques réalisent un chiffre d'affaires d'un à dix milliards de dollars.

P&G a par ailleurs annoncé vendredi une hausse de 37% de son bénéfice trimestriel, conséquence notamment de mesures de réduction des coûts.

Le groupe avait annoncé en février 2012 un plan de restructuration de 10 milliards de dollars sur cinq ans prévoyant de rationaliser les équipes dirigeantes, de réduire les frais généraux et les dépenses commerciales et de supprimer des emplois.

Les charges d'exploitation ont baissé de 7% à 6,28 milliards de dollars sur le quatrième trimestre clos le 30 juin.

P&G a dégagé une croissance organique de 1% durant le trimestre mais des effets de change ont annulé ce résultat. Le chiffre d'affaires net a baissé de 1% à 20,16 milliards de dollars, inférieur au consensus le donnant à 20,48 milliards.

Le bénéfice net ressort à 2,58 milliards de dollars, soit 89 cents par action, contre 1,88 milliard (64 cents) un an auparavant.

Hors exceptionnels, le BPA est de 95 cents, à comparer au consensus Thomson Reuters I/B/E/S qui le donnait à 91 cents, ainsi qu'un C.A. de 20,48 milliards de dollars.

P&G anticipe une croissance du BPA hors exceptionnels de l'ordre de 5%.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant