Ouverture du marché du travail européen: la France avait anticipé

le
0
L'Hexagone a ouvert, dès 2007, une liste de 61 métiers en difficulté de recrutement aux Roumains et Bulgares. Liste élargie à 150 métiers en 2008, puis à 291 en 2012.

Alors que l'ouverture du marché du travail européen aux Roumains et Bulgares depuis le 1er janvier provoque une polémique en Allemagne et en Grande-Bretagne, le sujet fait peu de vagues en France.

Et pour cause, l'Hexagone a largement anticipé cette évolution. Dès 2007, la France avait ouvert une liste de 61 métiers  dits «en tension» (en difficulté de recrutement) aux Roumains et Bulgares, liste élargie à 150 métiers en 2008, puis à 291 en 2012. Résultat? Une hausse de 56,5% des autorisations de travail des ressortissants bulgares et roumains entre juin et décembre 2012, selon le ministère du travail. Le nombre mensuel moyen de titres de travail délivrés est ainsi passé de 317 dans les neuf premiers mois de 2012 à 496 durant les trois derniers mois de l'année. La tendance s'est confirmée e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant