Ouverture du dimanche: Fabius veut boucler le dossier avant la fin de l'année

le
6
Ouverture du dimanche: Fabius veut boucler le dossier avant la fin de l'année
Ouverture du dimanche: Fabius veut boucler le dossier avant la fin de l'année

Devant les responsables des grands groupes de la distribution réunis, ce lundi, à la Défense (Hauts-de-Seine), Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères en charge du commerce extérieur, a réaffirmé comme en avril, la nécessité de permettre l'ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques d'ici la fin de l'année. Le texte devrait être porté dans le projet de loi sur la croissance défendu par Emmanuel Macron, ministre de l'Economie.

Selon la Tribune, Fabius a affirmé que le gouvernement «traduira dans les textes» le principe de cette autorisation. «Il y a quelques années on pouvait discuter: est-ce opportun ou pas ? Mais aujourd'hui, il nous semble que compte tenu du flot de touristes qui existent et qui ne vont pas attendre le jeudi pour venir consommer; et d'autre part compte tenu du développement du e-commerce, il n'y a plus de choix», a-t-il affirmé.

Comme au mois d'avril, Laurent Fabius a justifié ces ouvertures en mettant en avant l'intérêt de la France et son attrait touristique. Si la France reste la 1ère destination touristique dans le monde avec 83 millions de touristes internationaux, elle n'est que troisième en termes de recettes derrière les Etats-Unis et l'Espagne. Or, le projet du gouvernement est de parvenir à 100 millions de voyageurs ce qui permettrait de créer des centaines d'emplois. Ce secteur pèse déjà pour 7,3% du PIB avec près de deux millions d'emplois directs ou indirects.

Les syndicats se mobilisent

«Certaines zones comme le boulevard Haussmann (à Paris) doivent pouvoir être classées zone touristique d'affluence exceptionnelle», avait lancé Laurent Fabius avant de poursuivre: «Le touriste qui trouve porte close le dimanche ou à' heures n'attend pas le jeudi suivant.»

Reste que ce dossier, qui empoisonne les gouvernements de droite comme de gauche depuis des années, est loin d'être bouclé. Hasard du calendrier, A l'appel de l'intersyndicale Clic-P qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 29 sept 2014 à 18:03

    Comme c'est dit plus bas, effectivement on va bientôt se poser la question du vendredi en lieu et place du dimanche...Mort de rire, ce n'est pas dans un avenir si lointain que vos petits enfants ne connaitront jamais !!!!

  • frk987 le lundi 29 sept 2014 à 18:01

    Du délire, hormis grever les charges fixes des magasins, ce qui se vend le dimanche ne se vendra pas la semaine. Hormis les commerces d'utilité ouverts le dimanche comme les bistrots, les restos, les stations services et les petits commerces, c'est stupide. Et d'autre part croyez vous vraiment que ce soit un lieu de promenade et de détente d'arpenter les travées de Carrouf ou de Bricorama ???????????

  • noterb1 le lundi 29 sept 2014 à 17:37

    Et tout le monde va être content . On va pouvoir payer les produits un peu plus cher , normal puisque les charges seront supérieures !

  • tropfort le lundi 29 sept 2014 à 17:35

    Ne demandons plus jamais rien aux syndicats et on se portera mieux. On les a élus pour prendre des décisions, qu'ils aillent se payer une paire de Corones...

  • jean.coq le lundi 29 sept 2014 à 17:13

    Le sacro-saint repos dominical tant préché par l'église et repris par les syndicats n'était pas prévu pour le bien être des travailleurs, mais pour que ceux-ci puissent se rendre sans difficulté à la "grand'messe" du Dimanche. Maintenant nous avons une population active non chrétienne non négligeable qui préfèrerait avoir ce fameux jour de repos le Vendredi.

  • jean.coq le lundi 29 sept 2014 à 17:07

    Le raisonnement est juste. Fasse que les syndicats comprennent enfin ou est l'interet bien compris des travailleurs.