Ouverture dominicale des magasins : les députés planchent... un dimanche

le
8
Ouverture dominicale des magasins : les députés planchent... un dimanche
Ouverture dominicale des magasins : les députés planchent... un dimanche

Les députés de la commission spéciale sur la loi Macron qui sera débattu le 26 janvier à l'Assemblée viennent de s'attaquer à la réforme des règles d'ouverture des commerces le dimanche, l'un des points le plus controversé de ce projet de loi, y compris au sein de la gauche.

Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie a rappelé que ce texte repose sur trois piliers : l'ouverture, pour les commerces non alimentaires, cinq dimanches par an sur simple demande (et non sur autorisation préalable) et jusqu'à 12 dimanches par an au total. «La réforme prévoit que ces ouvertures seront soumises à un accord de branche, d'entreprise ou de territoire sur les compensations. Sans accord, il n'y aura pas d'ouverture», a-t-il plaidé. Le ministre a ajouté que ce texte visait à «garantir l'homogénéisation des règles de compensation» alors que «près de 30% des salariés travaillent déjà occasionnellement ou régulièrement» le dimanche. Enfin, ce texte prévoit la création de zones touristiques internationales (ZTI), essentiellement le boulevard Haussmann et les Champs-Elysées à Paris. Le travail y sera possible le dimanche, et le début de la période de nuit y sera porté à minuit, au lieu de 21 heures actuellement.

«Nous sommes partis d'un point important : l'ouverture dominicale doit rester exceptionnelle et nous devons partir de la réalité des territoires», a souligné le rapporteur Stéphane Travers (PS), qui a prévu de déposer de nombreux amendements afin à la fois de «libérer l'activité et d'arriver à plus de justice sociale».

Dès l'ouverture des débats, les députés UMP présents ont fait part de leur scepticisme. «Je ne vois toujours pas comment on dépense l'argent le dimanche qu'on n'a pas la semaine», a jugé Jean-Frédéric Poisson, qui n'aura cependant «pas un regard malveillant» sur la ZTI à Paris. Le député PS Jean-Louis Bricout, lui, ne croit pas «que l'ouverture du dimanche profite au petit commerce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M638341 le dimanche 18 jan 2015 à 16:57

    Demandez à tous les employés de l'assemblé de se prononcer sur la suppression du travail de nuits et dimanche... la réponse devra faire loi!

  • M3366730 le dimanche 18 jan 2015 à 16:54

    C'est dingue, c'est la gauche qui propose cela et il n'y a pas un tollé, allez tout le monde en rang.....Au fait, vous avez déjà vu des fonctionnaires travailler le samedi ou dimanche à part certains cas, il faut donc étendre cela à nos ami(e)s, non !

  • M488902 le dimanche 18 jan 2015 à 12:21

    1. Il faut faire des efforts pour gagner davantage.2. Ne surtout rien changer, l'argent tombe du ciel N'import qui de cense choisis 1. Mais vu que le pays de la bien pensance est administre par des personnes au choix 2. Si naturellement, le pays ne va que pourrir sur place.A moins d'une prise de conscience collective et un vote du changement, je doute que Dieu puisse jouer un rile la dedans...

  • gerar337 le dimanche 18 jan 2015 à 11:30

    es ce qu'il existe encore un syndicat pour interdire de travailler la nuit et le dimanche pour protéger la vie familiale des assistants parlementaires ( biens payés tout de même) . Les élus n'ont pas de religion , en dehors des avantages acquis

  • idem12 le dimanche 18 jan 2015 à 10:56

    Danalias la photocopieuse a encore frappé...

  • M5754890 le dimanche 18 jan 2015 à 10:50

    il est tellement plus facile de faire trimer au smic les petits!

  • M8252219 le dimanche 18 jan 2015 à 10:35

    Tant que les richesses crées en France seront accaparées par les improductifs(25% de la population active) ÉLUS , STATUTS SPÉCIAUX ET ADMINISTRATIFS DE LA FONCTION PUBLIQUE NATIONALE ET LOCALE. Aucune réforme n'aura d'effet positifs ou ne sera possible.Il faut mettre en place la TVA SOCIALE:Réduire de moitié le nombre des parlementaires,Supprimer les statuts spéciaux:Réduire drastiquement les administratifs du secteur publique.

  • ceriz le dimanche 18 jan 2015 à 10:15

    première chose: on doit abolir tous les privilèges des politiques élus et parlementaires! ainsi que leur nombre ! : c le souci majeur du pays.