Ouverture des données publiques : les cinq projets plébiscités par les internautes

le
0
Ouverture des données publiques : les cinq projets plébiscités par les internautes
Ouverture des données publiques : les cinq projets plébiscités par les internautes

La France progresse dans l'ouverture de ses données publiques et se classe désormais 3e mondial dans l'index de l'Open Knowledge Foundation. La mission chargée de l'ouverture des données publiques, Etalab, entend accélérer le rythme de diffusion des données issues de l'administration publique et organise chaque année son concours Dataconnexions dont le 5e palmarès a été dévoilé ce jeudi en fin d'après-midi.

Ce sont 63 projets d'open-data qui ont été soumis pour la première fois au vote des 2698 internautes. Parmi eux, 20 finalistes ont été retenus dans les cinq catégories. Voici le palmarès complet de ces projets qui visent à rapprocher le citoyen de la masse de données collectées par l'Etat.

Catégorie Datadmin. La commune de Brocas (Landes) a choisi d'ouvrir ses données publiques en 2011 à ses 770 habitants. Ils sont désormais mieux impliqués dans la prise de décision de l'équipe municipale. Une commission mixte composée de trois élus et cinq habitants exploite les données publiques afin d'émettre des avis et d'en informer la population.

Catégorie Data2B. L'application pour les professionnels du Groupe Revue Fiduciaire, GRF+, a reçu une récompense car elle permet de scanner un des ouvrages du groupe (Code du Travail...) et d'accéder à son contenu multimédias le plus à jour possible.

Catégorie Data2C. Autre application récompensée, Medicat.io de Studio Pik s'attaque aux millions d'informations liées aux médicaments en vente et veut répertorier les pharmacies de garde les plus proches. Elle est destinée au grand public et utilise les données du Ministère de la Santé et des Agences Régionales de Santé.

Catégorie Data-utile. Le laboratoire d'open innovation ANTS a utilisé les données 3D de la Communauté Urbaine de Bordeaux afin de modéliser la ville en 3D. Cette innovation vise à faciliter la communication du plan d'urbanisme et ses modifications sans faire appel à de puissants logiciels ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant