Ouverture d'une enquête en France sur la mort de Yasser Arafat

le
2
LA JUSTICE FRANÇAISE OUVRE UNE ENQUÊTE SUR LA MORT DE YASSER ARAFAT
LA JUSTICE FRANÇAISE OUVRE UNE ENQUÊTE SUR LA MORT DE YASSER ARAFAT

PARIS (Reuters) - La justice française a ouvert mardi une enquête pour déterminer si Yasser Arafat a été assassiné, après des découvertes laissant penser que le dirigeant historique des Palestiniens, mort en 2004 en France, pourrait avoir été empoisonné, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre.

La veuve de Yasser Arafat, Souha Arafat, avait déposé fin juillet plainte contre "X" pour "assassinat" à Nanterre (Hauts-de-Seine) et, après avis du parquet, le doyen des juges d'instruction de cette juridiction a accédé à sa requête.

L'enquête a été ouverte pour "assassinat" et un juge d'instruction va être nommé, a annoncé le parquet.

"Nous sommes ravis parce que c'est la décision que nous attendions et qu'elle est juste", a déclaré sur Europe 1 Marc Bonnant, l'avocat de Souha Arafat.

Selon lui, des expertises faites en Suisse ont mis en évidence que Yasser Arafat, "selon toute vraisemblance", est mort d'un empoisonnement.

"Cette hypothèse doit être vérifiée et, si c'est le cas, c'est bien un assassinat", a-t-il ajouté.

A la demande de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat avait été transféré fin octobre 2004 à l'hôpital militaire de Percy, où il est mort le 11 novembre 2004 à l'âge de 75 ans.

La cause exacte de son décès n'a jamais été rendue publique. Dans un communiqué, Souha Arafat précisait agir au nom aussi de sa fille mineure Zahwa et assure qu'elle n'accuse personne.

"Cette plainte pour assassinat dirigée contre X - de telle sorte que Souha et Zahwa Arafat n'accusent personne : ni Etat, ni groupement, ni individu - n'a d'autre objet que d'établir la vérité en mémoire de leur mari et père", écrit-elle.

Elle ajoutait dans un entretien publié par le Figaro.fr que les prélèvements biologiques effectués en France sur son mari avaient été détruits, ce qui est selon elle étrange.

EXHUMATION DU CORPS D'ARAFAT

Le doyen des juges d'instruction, qui est indépendant par son statut, a estimé que la justice française était territorialement compétente pour mener une enquête.

Selon des examens menés par un laboratoire suisse et dévoilés début juillet dans un documentaire de la chaîne de télévision qatarie Al Djazira, des traces anormalement élevées de polonium, une substance radioactive mortelle, ont été retrouvées sur les effets personnels de Yasser Arafat.

Le polonium 210 est devenu célèbre après avoir été retrouvé dans le corps de l'ex-espion russe Alexandre Litvinenko, mort en 2006 à Londres. La piste d'un empoisonnement a été avancée.

L'Autorité palestinienne s'est déclarée d'accord sur l'exhumation du corps du Yasser Arafat.

"Nos laboratoires suisses sont à disposition, les gens sont prêts à partir. Nous attendions qu'il y ait cette décision pour que Mme Arafat par mon truchement donne son accord formel. Elle tient beaucoup à ce que cela se fasse dans le cadre d'une procédure judiciaire", a déclaré Marc Bonnant.

Dans son entretien au Figaro.fr, Souha Arafat précise que c'est elle qui a confié les effets personnels de son mari, conservés jusque-là "dans une boîte jamais ouverte", au journaliste qui a enquêté et fait procéder à l'expertise par l'Institut de radiophysique de Lausanne (Suisse).

Souha Arafat s'étonne dans son entretien au Figaro que les prélèvements de sang et d'urine de son mari aient été détruits il y a quatre ans, selon ce qu'on lui a dit.

Après le document d'Al Djazira, l'Autorité palestinienne a donné son feu vert pour l'exhumation à Ramallah du corps de Yasser Arafat mais aucune date n'a encore été fixée.

Souha Arafat n'a pas répété fin juillet ses accusations contre Israël et les Etats-Unis formulées précédemment.

Israël a nié toute implication dans le décès du leader historique palestinien dès 2004.

Président de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à partir de 1969, Yasser Arafat avait signé un accord de paix avec les Israéliens en 1993 à Camp David établissant une autonomie de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bercam01 le mardi 28 aout 2012 à 20:40

    Un terroriste assassiné ? Enfin une bonne nouvelle...

  • LeRaleur le mardi 28 aout 2012 à 20:22

    Bon, on s'en fou complètement.