Ouverture à Paris : OPA et cessions de participations

le
0
WALL STREET

La séance s'est achevée, lundi, proche de l'équilibre, après le net rebond de vendredi. Tous les regards étaient tournés vers Apple en soirée, alors que le groupe a tenu une conférence à San Francisco et a notamment présenté son nouveau système d'exploitation (iOS 7). De son côté, l'agence Standard & Poor's a relevé sa perspective pour la note de solvabilité de l'Etat américain. L'indice Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 0,06% à 15.238 points, le Nasdaq a gagné, lui, 0,13% à 3.473 points, et le S&P a reculé de 0,03% à 1.643 points.

ECONOMIE ET DEVISES
Aujourd'hui, les marchés attendent les chiffres de la production industrielle britannique d'avril (10h30 : consensus +0,0%), alors qu'aux Etats-Unis, les stocks des grossistes d'avril sont attendus à 16h00 (consensus +0,2%). La parité euro-dollar ressortait à 1,3273, ce mardi matin. Le baril de Brent se négocie 103,81 dollars et le WTI 95,84 dollars, pour l'échéance de juillet. L'once d'or se traite 1.383 dollars (-0,21%). 


VALEURS EN HAUSSE

GFI Informatique (+24%) à 3,77 euros : le titre s'envole pour sa reprise de cotation, après l'annonce d'une OPA à 3,75 euros lancée conjointement par les deux principaux actionnaires de la SSII, Itefin Participation (Apax et Altamir, détenteurs de 29,99% du capital) et Boussard & Gavaudan (27,9% des parts). Le prix par action proposé valorise l'entreprise à 204 millions d'euros, soit une prime de 23,4% sur le cours de clôture de vendredi dernier. Le concert n'a pas l'intention de demander le retrait obligatoire de la cote à l'issue de l'opération.


VALEURS EN BAISSE
Legrand (-3,4%) à 35,86 euros, après le placement par Wendel de son reliquat de titres, qui représentait encore 14,4 millions d'actions, ou 5,4% du capital. L'opération a été conclue sur la base de 36 euros par action, soit un montant brut de 520 millions d'euros pour la société de portefeuille, et une belle plus-value de 370 millions d'euros.

Rémy Cointreau (-0,33%) à 86,44 euros : les résultats de l'exercice clos le 31 mars dernier s'affichent en nette croissance, grâce à la solide performance de Rémy Martin, et malgré une contraction des performances opérationnelles de la branche liqueurs et spiritueux et de la contribution des marques partenaires. Une charge exceptionnelle de dépréciation sur la participation dans le groupe chinois Dynasty Fine Wines vient cependant peser sur le résultat annuel. Un dividende en numéraire de 1,40 euro par action sera proposé au vote des actionnaires, lors de l'assemblée générale du 24 septembre prochain.   


Wendel (-0,75%) à 84,54 euros : le groupe a conclu la cession de sa participation dans Legrand, opération annoncée hier soir. Le holding a cédé les 5,4% qu'il détenait au prix de 36 euros par action. Avec un produit de cession d'environ 520 millions d'euros, cette opération permet à Wendel d'enregistrer une plus value d'environ 370 millions d'euros. Au total, l'investissement dans Legrand par Wendel a dégagé un taux de rendement interne de 19%, la mise initiale ayant été multipliée par quatre en onze ans.


Foncière des Régions (-1,20%) à 61,64 euros : la société va lancer une offre publique d'échange sur la Foncière Développement Logements, afin d'accroître son exposition à l'Allemagne. Jusque-là, le groupe détenait 31,6% du capital de l'entité. L'opération d'échange, proposée à 6 actions FDR nouvelles contre 23 actions FDL, devrait permettre de porter sa détention entre 58,2 et 62,4. Une assemblée générale de Foncière des Régions sera convoquée le 19 juillet prochain. L'offre publique d'échange devrait être ouverte en juillet et s'achever en septembre. 


Lafuma (-6%) à 13 euros : à la suite des avertissements lancés, la société confirme dans ses comptes semestriels la forte dégradation de ses résultats. Au 31 mars dernier, la perte opérationnelle courante a atteint 4,3 millions d'euros contre un bénéfice de 5,35 millions d'euros au premier semestre de l'exercice précédent, essentiellement liée à la baisse du chiffre d'affaires de 15,4%. Le résultat net affiche une perte de 60 millions d'euros, après prise en compte d'une révision de l'estimation des provisions sur stock et créances clients à hauteur de 11,7 millions d'euros, d'une perte sur les actifs destinés à être cédés ou abandonnés de 3,5 millions d'euros et surtout d'une dépréciation totale de la marque et de l'écart d'acquisition résiduel d'Oxbow pour 37,1 millions d'euros. Oxbow et Lafuma souffrent. Néanmoins, l'activité mobilier (sous la marque Lafuma), ainsi que les marques Eider et Millet (vêtements et équipements de montagne) continuent à afficher un résultat opérationnel positif, dans un environnement moins fortement impacté par la crise. Devant ces difficultés, Lafuma a défini un nouveau plan stratégique et confirme son intention de réaliser une augmentation de capital significative dans le cadre d'un plan de refinancement dont la mise en place est en phase active de négociation avec les partenaires bancaires.  


Le Revenu, avec Finance Plus

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant