Outre-Mer : ruée aux pompes après un appel à la fermeture des stations-services

le
0
Outre-Mer : ruée aux pompes après un appel à la fermeture des stations-services
Outre-Mer : ruée aux pompes après un appel à la fermeture des stations-services

L'appel de l'intersyndicale des gérants des stations-service des départements d'outre-mer à une «fermeture illimitée» à partir de mercredi minuit a provoqué, ce mardi, une ruée des automobilistes ultramarins vers les pompes.

L'intersyndicale a annoncé cette mesure radicale depuis Paris en milieu d'après-midi, après avoir claqué la porte des négociations avec le gouvernement sur les arrêtés de méthode des décrets Lurel de régulation des carburants, et afin de peser sur la suite des discussions.

A La Réunion, où la nouvelle est tombée dans la soirée, les stations encore ouvertes ont connu une affluence quasi immédiate. les cuves étaient vides dans certaines d'entre elles.

Dans les Antilles-Guyane où le décalage horaire a permis une diffusion de la nouvelle aux journaux de la mi-journée, les stations service ont été prises d'assaut, parfois même avant, le bouche à oreille ayant vite fonctionné.

De très longues files d'attente se sont formées dès la fin de matinée en Guadeloupe, entraînant en cascade d'importants embouteillages.

En Guyane, il fallait déjà attendre jusqu'à 2 heures dans certaines stations de Cayenne et de sa périphérie. A Roura, à 25 km du chef lieu, ce sont 800 m de touche-à-touche qui attendaient l'automobiliste pour atteindre les pompes de ce bourg, d'habitude tranquille.

Dans toutes les stations, des gens stressés, inquiets ou mécontents venaient même avec des jerrycans d'essence vides à pied ou en scooter.

Une grève similaire avait été lancé par l'intersyndicale des gérants au lendemain de Noël et pendant quatre jours, dans l'espoir -- vain -- d'empêcher la publication des décrets Lurel.

Ces décrets (un pour les Antilles-Guyane, un pour La Réunion et un pour Mayotte) visent à faire la transparence sur la formation des prix des carburants présentés par les compagnies pétrolières, avec l'ambition de les faire baisser.

Les gérants de stations-service ne sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant