Outrage à magistrat : Guaino pourra être jugé ont décidé les députés

le
0
Outrage à magistrat : Guaino pourra être jugé ont décidé les députés
Outrage à magistrat : Guaino pourra être jugé ont décidé les députés

Sa demande a reçu une fin de non-recevoir. Oui, Henri Guaino sera bien jugé le 22 octobre pour outrage à magistrat. Mardi après-midi, les députés ont voté contre la levée des poursuites judiciaires à l'encontre du député UMP des Yvelines. Au nom de «la liberté d'expression», l'ex-plume de Sarkozy avait déposé mi-mai une résolution afin de lui éviter un passage au tribunal. 

Il a été renvoyé en correctionnelle pour avoir déclaré l'an dernier que le juge Gentil avait «déshonoré la justice» parce qu'il avait mis en examen Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt, avant que ce dernier bénéficie finalement d'un non-lieu.

Henri Guaino demandait à ses pairs d'utiliser l'article 26 de la Constitution qui prévoit la suspension, pour la durée de la session, des poursuites engagées contre un parlementaire «si l'Assemblée dont il fait partie le requiert».

Mais pourquoi l'exempter de poursuites judiciaires? Dans l'exposé des motifs, il écrivait qu'en approuvant le texte, «l'Assemblée nationale rappellera(...)  que dans une société libre, la caricature et la polémique sont préférables à la censure, que dans une société libre on peut répondre à la caricature par la caricature, à la polémique par la polémique et même à l'invective par l'invective et que le code pénal ne doit être brandi dans le débat public que dans des cas d'une certaine gravité.»

Guaino se compare à Zola

Lors de son allocution d'une vingtaine de minutes à la tribune ce mardi, Henri Guaino a de nouveau exposé ses arguments. «C'est au nom d'une tradition républicaine bien établie que je me présente devant vous. C'est de l'institution parlementaire elle même, de son indépendance et de sa dignité dont il s'agit, a-t-il plaidé. Imaginez ce que deviendrait le débat parlementaire si toutes les exagérations et provocations étaient interdites. Voulez-vous un Parlement debout ou un Parlement couché, qui ne défend même pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant