Ousmane : «Il n'y aura aucune base d'Aqmi au Niger»

le
0
INTERVIEW - Le ministre de l'Intérieur nigérien dit avoir fait «le choix stratégique de préserver la vie des otages».

Le Niger est une barrière fragile contre al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Lors de la course-poursuite engagée pour couper la route aux preneurs d'otages, les forces nigériennes disposaient, par exemple, de véhicules moins rapides que ceux du commando islamiste. Quant à l'armée, elle est moins présente dans le nord du pays depuis la fin de la rébellion touareg en 2007. Le Niger est toutefois plus attentif au danger représenté par al-Qaida que son voisin malien en raison des richesses de son sous-sol saharien (uranium, pétrole, or). Mais il est difficile de contrôler un pays deux fois plus grand que la France avec une aviation réduite à deux hélicoptères, quelques ULM et deux avions d'observation. En France, les obsèques desdeux otages tués, Antoine de Léocour et Vincent Delory, doivent se dérouler aujourd'hui, en présence de Nicolas Sarkozy. Dimanche, des centaines de personnes ont participé à une marche silencieuse en mémoire des deux jeunes dans leur co

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant