Oui, la Juventus est humaine

le
0
Oui, la Juventus est humaine
Oui, la Juventus est humaine

Un nul 0-0 face à Séville, une défaite 2-1 contre l'Inter : on avait presque oublié que la Juve était humaine et qu'elle pouvait perdre. De quoi s'alarmer ?

Deux images symboliques. Giorgio Chiellini qui perd un duel à l'épaule avec Mauro Icardi, qui tombe, qui tacle, qui essaie de chiper le ballon dans les pieds de l'attaquant interista, mais qui perd à nouveau le duel, et Icardi qui envoie une frappe qui vient frapper l'extérieur du poteau de Buffon. Un peu plus tard, Leonardo Bonucci qui tape un sprint sur un long ballon en profondeur de l'Inter, et qui se fait bouffer en vitesse par le même Icardi, qui finit par lui mettre un petit coup d'épaule, lui passer devant et récupérer le ballon.


Cet été, ils avaient affronté la Belgique, l'Espagne et l'Allemagne sans trembler. Pourtant, ce dimanche, Bonucci et Chiellini ont semblé dépassés par Icardi, en pleine possession de ses moyens. La Juve concède là sa première défaite de la saison, dans un stade où elle ne perdait plus en Serie A face aux Nerazzurri depuis le 16 avril 2010. Dans la foulée de ce revers, la presse italienne s'en prend aux choix de Max Allegri, qui avait décidé de laisser Higuaín sur le banc pendant 74 minutes. La Vieille Dame abandonne ainsi le trône de Serie A alors qu'elle y était confortablement installée depuis le 13 février dernier.

Un calendrier de feu


Faut-il, dès lors, s'alarmer ? La réponse est évidemment non. Si la Juve a effectivement perdu son premier match de la saison, elle reste deuxième à un point du Napoli. Surtout, là où il faut relativiser, c'est en regardant le calendrier des Turinois depuis le début de la saison. Les joueurs d'Allegri ont engrangé neuf points sur douze, mais en ayant affronté la Fiorentina, la Lazio à l'extérieur, l'excellent Sassuolo et l'Inter à San Siro. Pas franchement les mêmes adversaires qu'un Napoli qui a joué Pescara, Milan, Palerme et Bologne. Et s'il veut définitivement se rassurer, Allegri n'a qu'à regarder le classement de la saison dernière à la même époque, lorsque sa Juve n'avait pris que quatre points lors des quatre premiers tours et pointait à la 13e place.


Là où le coach va devoir assurer, c'est dans la cohésion de son…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant