Oui au Pays catalan ou non à l'Occitanie ?

le
0
Des manifestants enterrent symboliquement le « Pays catalan », le 10 décembre, à Perpignan.
Des manifestants enterrent symboliquement le « Pays catalan », le 10 décembre, à Perpignan.

Près de 10 000 personnes ont manifesté samedi dans la préfecture des Pyrénées-Orientales pour réclamer la reconnaissance du « Pays catalan ». Les manifestants dénoncent « une annexion » depuis le vote du nouveau nom de la région, issue de la fusion du Languedoc-Roussillon avec Midi-Pyrénées. Le ressentiment contre Carole Delga, présidente (PS) du nouveau conseil régional, semble encore plus puissant que contre le projet avorté de « Septimanie » de Georges Frêche en 2005. À l'époque, 5 000 personnes étaient descendues dans la rue, contraignant le turbulent maire socialiste de Montpellier, qui venait de s'emparer de la région, à jeter son éponge latiniste face à la bronca.

Dirigée contre Toulouse

Ce nouvel accès de fièvre catalane est pourtant sans aucune commune mesure avec la situation de l'autre côté de la frontière. À Barcelone, même la bourgeoisie commerçante, traditionnellement centriste et catholique, est entrée en guerre ouverte contre Madrid depuis la crise économique et financière de 2008. Les autonomistes catalans du Sud, jusqu'alors satisfaits des pouvoirs concédés à leur puissante région, réclament désormais l'indépendance. Des centaines de milliers de personnes sont une nouvelle fois attendues dans les rues des principales villes de la région en ce dimanche de « Diada », la « fête nationale » catalane.

La manifestation de samedi à Perpignan était plus dirigée contre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant