Oudéa : «Nationaliser, c'est l'arme atomique»

le
0
Le PDG de la Société générale, invité du Grand Jury RTL- Le Figaro -LCI , est revenu sur l'affaire ArcelorMittal.

«La nationalisation n'est pas la réponse aux ­problèmes de l'économie française.» Interrogé dimanche lors du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», le PDG de la Société générale, Frédéric Oudéa, a critiqué la menace agitée par Arnaud Montebourg de nationaliser le site de Florange appartenant à ArcelorMittal.

«L'État n'a pas l'argent nécessaire» pour faire une politique de nationalisation, et il n'est pas le mieux à même de piloter une entreprise qui doit s'adapter à une nouvelle donne. Mais surtout, l'affaire ArcelorMittal illustre aux yeux de Frédéric Oudéa le risque qui guette la France d'envoyer des messages négatifs à l'étranger.

«La nationalisation, c'est l'arme atomique, a-t-il professé. Si vous commencez à laisser penser à un chef d'entreprise étranger que, si, dans trois ans, il rencontre des difficultés, il est menacé de se voir ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant