Où peut jouer Hatem Ben Arfa ?

le
0
Où peut jouer Hatem Ben Arfa ?
Où peut jouer Hatem Ben Arfa ?

Recalé par la FIFA, la FFF, le tribunal administratif... Hatem Ben Arfa est désormais à la recherche d'une solution pour pouvoir rejouer au plus vite. Pour ce faire, l'international français doit viser un territoire où le fameux article 5.3 relatif aux transferts ne lui barre pas la route. Tour d'horizon.

À cause d'un match U21 de Newcastle disputé en pré-saison, Hatem Ben Arfa se retrouve dans l'une des situations les plus embarrassantes que peut connaître un joueur professionnel : être sans club et inqualifiable pendant six mois dans la plupart des championnats. Pour l'ancien prodige de Lyon, exit toutes les compétitions organisées par la FIFA ou une entité affiliée : Ligue 1 bien sûr, mais aussi tous les championnats professionnels européens. Impossible aussi d'aller cachetonner du côté du Qatar ou d'Abu Dhabi : organisés par leurs fédérations locales, les championnats qataris et émiratis sont a priori contraints d'appliquer à la lettre les injonctions de la FIFA. Mais bon, le Qatar n'est pas le pays le plus embêté par les règles...
La faille de l'article 5.3
Si Ben Arfa se retrouve dans l'impasse à l'intérieur du monde civilisé tel que le conçoit l'élite du foot mondial, c'est à cause du fameux article 5.3 qui interdit à tout joueur de porter le maillot de plus de deux équipes différentes dans la même saison. " Mais cet article comporte une brèche " selon Maître Tatiana Vassine, du cabinet RMS Avocats. " Le joueur peut être enregistré dans un club, mais pas qualifié pour les compétitions, sauf si le championnat d'accueil chevauche dans le calendrier celui de provenance ", précise cette spécialiste du droit du sport. Son confrère Jean-Jacques Bertrand parle " de titre dérogatoire qui, dans le cas d'Hatem Ben Arfa, concerne tous les championnats calés sur l'année civile et non à cheval sur l'année civile. " En clair, cela concerne les championnats sud-américains, mais aussi la MLS, voire la J-League (Japon) ou la CSL (Chine) se jouant intégralement sur l'année 2015. " À la condition que le joueur respecte les périodes de mutations et d'enregistrement dans le pays d'arrivée et signe au moins pour un an " précise Me Vassine. Ce qui rend Ben Arfa disponible par exemple pour le marché nord-américain, la période de transferts ouvrant du 18 février au 12 mai. Une solution qui pourrait sembler idoine à première vue, mais que Me Vassine tempère : " Ce n'est pas forcément une bonne idée de rejoindre ce type de destinations, car si son objectif est de rejouer en Europe en juillet, il ne sera plus libre et donc dépendant des exigences de son club d'accueil. Il ne peut pas y aller six mois sans contrepartie. "
À votre bon cœur...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant