Où manger une "galette-saucisse" à Rennes ?

le
0
Où manger une "galette-saucisse" à Rennes ?
Où manger une "galette-saucisse" à Rennes ?

Bien décidé à se défaire du nom d'un rival local, le Stade rennais a troqué à l'intersaison sa route de Lorient contre un Roazhon Park plus breton. Ses buvettes, elles, n'ont pas eu à refaire leur devanture pour continuer de vendre leurs super-saucisses locales. Engaletté et arrosé de cidre à en perdre Loïc Raison, le fourrage armorique a même droit à son hymne maison "Galette-saucisse, je t'aime", ainsi qu'à son asso et assise défensive : la S.G.S.B.


MAISON DELAUNAY


Emplacement : Porte 15, au croisement de la rue du Moulin du Comté et du square René Coty
Menu : Galette-saucisse ou merguez (3€), complète (4€), américain + frite (5€)

L'ambiance tranche entre l'éructation joyeuse de la queue d'avant-match et la tranquille Vilaine qui caresse le stand de saucisses. Jaune canari, un comble, les bâches de Delphine attirent les yeux, et l'estomac. Celui de Sylvain Wiltord, notamment, qui laissa sur le comptoir son enveloppe de prime de match, avant de courir aussi vite qu'à la belle époque pour la récupérer. Le snack réussit même le pari du lien avec Thierry "Anaconda" Henry : Delphine utilise des saucisses normandes, plus longues que les bretonnes trouvables aux alentours. Elle va même les répandre à Caen, les soirs de matchs à Malherbe. Compter 15 minutes, unité mi-temps, pour la cuisson, et "une minute minimum" pour le service en or.


LE PLAISIR DU BRETON


Emplacement : Porte 13, Rue de Lorient, au niveau de la rue Jan Palach
Menu : Galette-saucisse (2,50€), frites (2€), crêpes (0,70-1€)

Loué par Xavier, l'un des deux fondateurs de l'association de Sauvegarde de la galette-saucisse bretonne créée "une nuit de 1994, bourrés", Le Plaisir du Breton mise la carte de l'hédonisme historique. Gildas, derrière les braises depuis 2006, a repris le camion blanc du paternel qui cira le bitume pendant une trentaine d'années. S'il avoue ne pas avoir le temps d'aller voir les rencontres, il s'y connaît en foot, allant jusqu'à prononcer distinctement "Pirès" le nom de son fournisseur, M. Pierrès, charcutier-traiteur à Montfort-sur-Meu. Au jeu musclé proposé par la concurrence, Gildas répond par la douceur, celle de ses crêpes. La choco notamment.

[A…












Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant