Où en es-tu, Marc Coucke ?

le
0
Où en es-tu, Marc Coucke ?
Où en es-tu, Marc Coucke ?


Fondateur d'Omega Pharma, sponsor principal d'Etixx-Quick Step, patron d'Ostende et actionnaire de Lille qui s'affrontent ce samedi en amical, Marc Coucke est un riche excentrique au cœur de l'actualité. Qui hésite toujours à mettre ses milliards dans le foot français.

Il y a d'abord l'entrepreneur. L'histoire classique, néanmoins rare, du mec qui se lance avec un pote dans un petit business afin d'arrondir les fins de mois. Pour Marc C., 22 ans, c'est le shampoing qu'il achète en bidons de 5 litres, puis colore, parfume, revend. 27 ans plus tard, il revend toujours. Mais il est passé du shampoing à Omega Pharma, un groupe international de 2 000 salariés répartis dans 35 pays qui facture plus d'un milliard de chiffre d'affaires annuel. Coût du deal : 3,6 milliards d'euros. Sur cette somme, 1,4 milliard vont directement dans la poche du mec devenu monsieur Coucke. Cette culbute sympathique lui permet en 2015 d'être le troisième Belge à intégrer le classement Forbes des plus grandes fortunes au monde, à la 1 415e place, loin derrière Bill Gates et ses 79 milliards de dollars, mais devant Michael Jordan.

Marc Coucke n'a pas attendu d'avoir de l'argent pour prendre le temps d'assouvir ses passions, parmi lesquelles le sport. Le cyclisme et le football, plus précisément. Son histoire avec la petite reine remonte à 2003, lors de la création de l'équipe Quick Step-Davitamon, héritière de la Mapei. Davitamon, Innergetic, Omega Pharma, aujourd'hui Etixx, les noms varient en fonction de la marque à mettre en avant, mais pas l'investissement du groupe de Marc Coucke. En 2015, il se chiffre peu ou prou à 5 millions d'euros, de quoi construire une grosse cylindrée hébergeant dans ses rangs le champion du monde Michał Kwiatkowski ou le sprinter Mark Cavendish. Alors forcément, quand Marc Coucke vient mettre son flair dans le foot, les supporters sentent le bon coup.

" Le Roman Abramovitch belge "


Ostende d'abord, la ville de son enfance. Il commence sa relation avec le KVO en 1993 jusqu'à en devenir président et actionnaire principal 20 ans plus tard. L'année suivante, alors que la vente d'Omega Pharma se prépare, il commence à frayer avec Lille, devenant sponsor maillot par le biais d'Etixx, filiale d'Omega Pharma (dont il est toujours CEO), et surtout 3e actionnaire derrière Michel Seydoux et Isidore Partouche, avec 5 % des parts. Alors qu'il a modestement stabilisé le KV Ostende dans le ventre mou de la Jupiler League, renforçant financièrement et structurellement un club plutôt habitué à jouer à l'échelon inférieur, les Lillois se prennent à rêver en voyant arriver ce voisin bon vivant au veston débordant de biftons. Les exemples de Marseille et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant