Où en es-tu, Fernando Gago ?

le
0
Où en es-tu, Fernando Gago ?
Où en es-tu, Fernando Gago ?

À 29 ans, Fernando Gago, un temps adoubé par Diego Maradona, réussit là où il se sent le mieux : chez lui à Boca Juniors. Et tant pis pour l'Europe, qui n'aura pas vu le talent exceptionnel du milieu de terrain argentin.

Le débat est éternel. Peut-on considérer comme un grand joueur, celui qui n'a pas réussi à s'imposer en Europe ? On peut citer l'exemple de Juan Román Riquelme, idole de Boca Juniors et reconnu par toute l'Argentine comme un exceptionnel numéro 10, qui n'a pas su faire lever les foules européennes comme celles de la Bombonera. On peut aussi aborder la carrière européenne quelque peu chaotique de Fernando Rubén Gago. Arrivé à 20 ans au Real Madrid, le milieu de terrain argentin a passé cinq saisons avec le maillot merengue, le plus souvent avec une chasuble au-dessus. Avant de visiter Rome et Valence, avec la même sensation : l'Europe n'a pas vu toute l'étendue du talent de Gago. Aujourd'hui, et ce, depuis 2013, il s'épanouit à la maison, à Boca Juniors.

Gago, la grande Boca


Né à Ciudadela dans la banlieue de Buenos Aires, comme Carlos Tévez, Fernando Gago a tout pour réussir. Celui qui a débuté à Ciudad Parque, vivier privilégié de Boca Juniors a le talent et la belle gueule, ce qui lui vaudra le surnom de "Pintita" (qui fait attention à lui, en français). Rapidement comparé à Redondo, Gago va longtemps souffrir du poids de cette analogie, comme il l'affirmait dans une interview pour SoFoot, avant le Mondial au Brésil. Finalement, à 29 ans, Gago joue enfin à son meilleur niveau. Et c'est en revenant à Boca Juniors qu'il a gagné sa place en sélection. Alejandro Sabella en avait même fait une pièce majeure pour le Mondial brésilien, avant l'avènement de Lucas Biglia à son poste. Depuis 2006, le joueur que Maradona a un jour invité à dîner chez lui (avec Rodrigo Palacio), a retrouvé son football, au détriment de la place qui lui était promise aux côtés des meilleurs milieux défensifs d'Espagne. Et la Bombonera, elle, sait en profiter.

Chez lui, à Boca, Gago n'est plus le jeune de 20 ans perdu au milieu du vestiaire où trône des Raúl, Michel Salgado, Beckham ou encore Guti. En Argentine, Gago joue propre et simple. Mais pleure beaucoup, selon ses adversaires. Carlos Sánchez, milieu de terrain uruguayen de River Plate, qui a giflé Gago lors du match aller des huitièmes de finale de Copa Libertadores, s'est justifié en expliquant que "Gago aime être vu par les autres. Il parle beaucoup à l'arbitre, aussi". Au pays où le beau jeu a longtemps été culte, mais où les supporters demandent aux joueurs de "poner mas huevos"…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant