OTAN : un sommet marqué par les tensions avec la Russie et le Brexit

le , mis à jour à 00:35
0
OTAN : un sommet marqué par les tensions avec la Russie et le Brexit
OTAN : un sommet marqué par les tensions avec la Russie et le Brexit

Le sommet de l’Otan s’est ouvert vendredi à Varsovie, le premier dans une ancienne capitale soviétique. Un symbole fort à l’heure où les relations entre la Russie et Occidentaux sont au plus bas depuis la Guerre froide.

 

Pour les vingt-huit chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance, le contexte est particulièrement pesant. Au cœur des préoccupations, les inquiétudes liées au Brexit, deux semaines après l’électrochoc provoqué par le référendum mais surtout le regain de tensions avec la Russie.

La Russie, menace ou partenaire ?

Un regain de tensions directement lié aux agissements russes en Crimée. Le Kremlin, qui a annexé la pénincule en 2014, est accusé de soutenir la rébellion séparatiste dans l’est de l’Ukraine. Bien que la Russie démente toute ingérence, nombre de pays de l’Otan et en particulier ceux de l’Europe orientale y perçoivent une menace directe pour leur sécurité.

 

Si François Hollande a souhaité jouer la carte de l’apaisement lors de son arrivée en Pologne, déclarant à la presse que la Russie n'était «pas un adversaire», Barack Obama a déclaré voir dans « l’agression » russe en Ukraine, une « menace pour notre vision d’une Europe en paix.»

 

VIDEO. Kerry salue les efforts de Kiev pour mettre un terme au conflit

 

Quatre bataillons multinationaux

A l’issue de sa rencontre avec le chef d’Etat polonais Andrej Duda, le président américain a annoncé le déploiement d’un millier de soldats américains en Pologne, qui serviront « côte à cote avec les soldats polonais », a déclaré Barack Obama. Un premier contingent auquel est venu se rajouter trois autres bataillons. Une annonce faite par secrétaire général de l’Alliance atlantique vendredi soir.

 

Basés dans les pays baltes, ces bataillons multinationaux seront commandés par les Etats-Unis, le Canada, l’Allemagne et la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant