Otages : la France aurait versé 20 à 25 millions d'euros, l'Elysée dément

le
7
Otages : la France aurait versé 20 à 25 millions d'euros, l'Elysée dément
Otages : la France aurait versé 20 à 25 millions d'euros, l'Elysée dément

«Pas d'argent public versé». Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué mercredi qu'aucun «argent public» n'avait été versé pour la libération des quatre Français retenus depuis septembre 2010 au Sahel par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Maic le chef de la diplomatie a refusé de se prononcer sur des versements d'argent d'un groupe privé. Interrogé sur cette hypothèse sur le plateau de la chaîne de télévision TF1, il a répété : «pas d'argent public versé».

Comme souvent après la libération d'otages, les interrogations se multiplient sur le versement de rançon. D'après une source proche des négociateurs nigériens, entre 20 et 25 millions d'euros ont bien été versés. Selon une autre source touareg interrogée par l'AFP, l'impunité a de plus été garantie au chef du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam).

La somme de 20 à 25 millions d'euros aurait servi à payer les ravisseurs ainsi que les intermédiaires qui, sur le terrain, ont joué un rôle important pour obtenir ces libérations. La source n'a pas précisé d'où provenait l'argent. Selon le journal «Le Monde», il a été prélevé sur «les fonds secrets alloués aux services de renseignement». La somme aurait été acheminée par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) jusqu'à Kidal, au Mali, puis remise à Mohamed Akotey, président du conseil d'administration de la société Imourarène, une filiale d'Areva, et par ailleurs ancien chef rebelle. Grâce à ses relais au nord du Mali, cet homme de confiance du président du Niger Mahamadou Issoufou a joué un rôle clé dans les négociations. La France n'aurait ainsi pas «directement» versé de rançon aux ravisseurs.

Une rançon... et l'impunité pour un chef islamiste?

Selon un médiateur malien qui avait participé aux négociations pour la libération, début 2011, de trois otages enlevés en même temps que les quatre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1625665 le jeudi 31 oct 2013 à 09:59

    les yeux dans les yeux

  • M9035148 le jeudi 31 oct 2013 à 09:34

    Le champs d' uranium a du être donné au Niger.

  • mathou54 le jeudi 31 oct 2013 à 05:27

    c'est vrai pas de rançon,juste une prière et un cierge de brulé à Lourdes et oh miracle les rebelles se sont repentis !

  • g.marti4 le mercredi 30 oct 2013 à 23:04

    Pas d'argent public !!! Soit !!! Mais de l'argent privé d'entreprises à qui on rétrocèdera autrement !!! Ils nous prennent pour de nases.

  • M1903733 le mercredi 30 oct 2013 à 21:38

    Ils peuvent nier tout ce qu'ils veulent, comme maintenant on sait que ce sont tous des menteurs type cahu

  • M4958114 le mercredi 30 oct 2013 à 20:53

    encore un qui a raison !!!

  • jbellet le mercredi 30 oct 2013 à 14:23

    c'est évident que la France a paye on ne saura jamais combien mais elle a payé quoiqu'en disent nos ministres