Otages japonais : le «compte à rebours a commencé», menacent les jihadistes

le
0
Otages japonais : le «compte à rebours a commencé», menacent les jihadistes
Otages japonais : le «compte à rebours a commencé», menacent les jihadistes

Le Japon s'active pour sauver la vie de deux otages aux mains du groupe Etat islamique (EI), dont des sympathisants ont publié vendredi un message affirmant que le «compte à rebours a commencé», après la fin de leur ultimatum à 6h50.

Selon AP, le message s'accompagne de l'image d'une horloge décomptant jusqu'à zéro et des photos d'anciennes décapitations, mais aucune des deux otages japonais. Il a été publié sur un forum populaire auprès du groupe Etat islamique, où des vidéos de Daech sont parfois publiées en premier.

Le délai de 72 heures annoncé mardi après-midi (heure de Tokyo) par l'organisation jihadiste a expiré vendredi à 14h50 au Japon (6h50, heure de Paris). «La situation reste grave mais nous faisons tout notre possible pour la libération des deux otages japonais», a indiqué vendredi le secrétaire général de l'exécutif japonais, Yoshihide Suga. Il a dit n'avoir aucun contact direct avec les ravisseurs.

Un responsable du ministère japonais des Affaires étrangères avait cependant déclaré jeudi soir aux médias que «même s'il ne pouvait rien dire de concret, il y avait dans une certaine mesure une réaction de la part de l'interlocuteur (EI) via des moyens de communication y compris indirects». Le ministre des Affaires étrangères, Fumio Kishida, a refusé vendredi matin de confirmer ou infirmer un contact avec l'EI, mais il a souligné que «le gouvernement continuait d'envoyer des messages par tous les moyens» pour que sa volonté de faire libérer ses deux ressortissants soit entendue par l'EI.

La chaîne de télévision publique japonaise NHK a continué de dialoguer jeudi par internet avec un soi-disant «porte-parole de l'EI» qui a indiqué qu'un «communiqué devrait être émis plus tard».

La détresse d'une mère

Jeudi, un islamologue japonais, Ko Nakata, qui prétend avoir des liens anciens avec des membres du groupe Etat islamique, a proposé au gouvernement de jouer les médiateurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant