Otages de Daech : la Jordanie et le Japon face à l'ultimatum

le
0
Otages de Daech : la Jordanie et le Japon face à l'ultimatum
Otages de Daech : la Jordanie et le Japon face à l'ultimatum

Il ne reste plus que quelques heures, les plus décisives, avant l'expiration d'un nouvel ultimatum qui somme la Jordanie de libérer une kamikaze irakienne pour sauver la vie de l'otage nippon Kenji Goto et d'un pilote jordanien. Après avoir revendiqué l'assassinat d'un premier otage japonais, Daech a formulé une nouvelle forme de rançon.

Les nouvelles exigences de l'EI, accompagnées d'un ultimatum très court de 24 heures et mises en ligne mardi sur les sites jihadistes, se présentent sous la forme d'une photo de Kenji Goto tenant la photo de Maaz al-Kassasbeh, le pilote jordanien capturé par l'EI.

Le Japon sans moyen de pression

, a déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe aux journalistes à l'issue d'une brève réunion de son gouvernement. Et d'ajouter : , retenu par les jihadistes.

, a supplié la mère de Kenji Goto, Junko Ishido. Le gouvernement japonais, en porte-à-faux et démuni selon les analystes, a de nouveau demandé dès les premières heures de mercredi à la Jordanie d'agir pour secourir le ressortissant nippon. Tokyo dispose en effet de peu d'influence et d'alliés dans la région. 

VIDEO. Otages japonais de l'EI : rassemblement de soutien à Tokyo

La Jordanie hésite à libérer une terroriste

Amman est de son côté placé devant un dilemme: faut-il, pour sauver Kenji Goto et le pilote Maaz al-Kassasbeh, libérer ou non Sajida al-Rishawi, une kamikaze irakienne impliquée dans une vague d'attentats suicides en 2005 à Amman revendiqués par la branche irakienne d'Al-Qaïda ?

Un haut responsable jordanien a d'ailleurs démenti des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant