Otages au Sahel : les familles partagées sur le dépôt de plainte des Legrand

le
0
Otages au Sahel : les familles partagées sur le dépôt de plainte des Legrand
Otages au Sahel : les familles partagées sur le dépôt de plainte des Legrand

A l'approche des mille jours de captivité des quatre otages enlevés par Aqmi au Niger, leurs familles ont appelé à la mobilisation ce samedi. Des rassemblements simultanés ont lieu à Paris, Aix-en-Provence, Saint-Céré, Valence, Nantes, Nîmes et Orléans. A la veille de ces manifestations, la famille de Pierre Legrand, capturé au Niger le 16 septembre 2010 a décidé de porter plainte auprès de la justice française pour obtenir des informations sur sa détention, mais aussi pour dénoncer de possibles manquements à la sécurité d'Areva et d'une filiale de Vinci, son employeur. Cela devrait notamment permettre la désignation d'un juge d'instruction.

La plainte contre X pour enlèvement et séquestration aggravés en lien avec une entreprise terroriste, atteintes volontaires à l'intégrité physique ainsi que pour mise en danger de la vie d'autrui, avec constitution de partie civile, vise aussi bien Areva et Sogea-Satom que les auteurs islamiques de l'enlèvement. «Dans un premier temps, on nous a conseillé le silence, nous avons toujours été dans la retenue, mais au bout de trois ans, ça suffit», a dénoncé Alain, le père de Pierre Legrand. Voilà bientôt mille jours que son fils a disparu et «les progrès sont insignifiants», a-t-il regretté. «Nous ne voulons pas nous reprocher de n'avoir rien fait, nous voulons comprendre», a-t-il poursuivi.

Les autres familles divisées sur cette action

Ce samedi, l'initiative fait réagir les autres familles de victimes. Frédéric Cauhapé, beau-frère de Marc Féret, a notamment relativisé l'action du frère et du père de Pierre Legrand en assurant que la plainte n'était pas portée «par l'ensemble de la famille Legrand». Selon lui, «chaque chose en son temps, on verra plus tard pour établir les responsabilités», la priorité étant à la libération. Pour autant, les autres familles ne «condamnent pas la démarche», affirme Frédéric Cauhapé.

Ces derniers mois, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant